Participons à la rédaction des cahiers de doléances

L’ Association des Maires Ruraux de France a décidé de mettre en place, au vu des mouvements de revendications du moment, des cahiers de recueil des «doléances et propositions des habitants ruraux» dans toutes les Mairies des territoires ruraux.

Nous avons jusqu’au samedi 15 décembre pour participer à leur rédaction.

Voici quelques conseils de méthode et quelques suggestions !

Rappelez vous des conséquences
des cahiers de doléances de 1789

Comment faire ?

  1. il existe un modèle très simple, ci-joint. A lecture vous voyez que, si possible, il faut également être auteur de propositions : pas obligatoire mais souhaitable.
  2. si votre maire n’a pas adhéré à cette démarche, trouvez un maire d’une commune voisine qui a ouvert cette procédure,et commencez votre texte par la justification simple : J’habite la commune de …… . Celle-ci n’ayant pas ouvert un cahier de doléances, je demande au maire de la commune voisine de ….. de bien vouloir procéder comme si j’étais l’un de ses administrés(enfin, une phrase de ce genre)
  3. une fois votre texte établi et signé, pensez à le photocopier et à le scanner.

À le photocopier pour en avoir la preuve et la mémoire.
À le scanner parce que le dépôt par email est recevable;

  1. c’est à adresser au maire, mais vous pouvez aussi l’adresser au président de votre communuaté de communes, à votre député, à votre sénateur (par courrier ou par mail).

Avant le samedi 15 décembre au soir.

Voici quelques arguments suggérés, issus de nos réflexions collectives, à charge pour chacun.e de s’en inspirer:

  1. Nous nous ressentons malmenés, socialement et financièrement, par des décisions inacceptables en matière de transition énergétique, trop influencées par des profits financiers ou politiques à court terme. Par exemple, des sommes énormes et des privilèges exorbitants ont été accordés aux investisseurs et industriels de l’éolien (passe-droits en matière de réglementation sanitaire et environnementale, avantages financiers et fiscaux, limitations du droit d’expression et de recours des citoyens…). Leurs effets sont catastrophiques sur nos factures d’électricité et sur le déficit d’EDF. Il faut arrêter l’éolien terrestre qui a déjà coûté 146 Mds € à la Nation (rapport Cour des Comptes * 18 avril 2018).
  2. La priorité absolue doit être de réduire la précarité énergétique et la consommation d’énergies fossiles en aidant nos concitoyens à améliorer l’isolation de leur logement et leur mode de chauffage, en adoptant des dispositions collectives et individuelles, pour rendre leurs déplacements moins coûteux et moins consommateurs d’énergie.
  3. Il faut ensuite investir dans des énergies renouvelables acceptées par la population, efficaces, supportables financièrement, compatibles avec la préservation des paysages et de l’environnement, compatibles avec l’attractivité des pays ruraux. Il faut développer la production de chaleur renouvelable dont l’efficacité économique et écologique est certaine, plutôt que le tout électrique.
  4. Nous demandons que le produit des impôts sur les carburants soit fléché sur ces  objectifs.
  5. Nous demandons aux pouvoirs publics à tous les niveaux (Etat, Région, Département, intercommunalités, maires) de respecter la dignité et les conditions de vie des habitants des espaces ruraux, car c’est eux qui font vivre ces territoires, sans toujours bénéficier d’un niveau acceptable de services publics. Nous demandons que les citoyens soient associés à toute décision concernant des projets énergétiques, en commençant par une information complète et honnête.
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *