Actualités des associations

Dans le Lot

L’assemblée générale de l’APPGE, Association de protection du patrimoine des gorges de l’Escaumels, s’est tenue mercredi 18 juillet à Comiac. Le bureau a présenté ses actions menées au cours des douze derniers mois : le démantèlement du mat de mesure le 29 août 2017, après l’intervention de Me Izembard, la maintenance du site Internet, l’envoi d’une lettre mensuelle, etc. Il a rappelé sa farouche détermination à empêcher l’installation d’un parc éolien «transformant des terres agricoles et forestières en terrains industriels pollués par 1 500 tonnes de béton et 60 tonnes de ferrailles par éolienne.» L’association redoute que les infrastructures destinées à faire passer des camions de 75 tonnes entraînent des dégâts irréversibles pour la forêt.

Le bureau a rencontré la députée Huguette Tiegna le 29 avril, puis Nadine Chaïb, sous-préfète de Figeac, le 16 juillet, pour rappeler l’importance de préserver la richesse de la biodiversité des gorges de l’Escaumels. Il a été officiellement demandé à la sous-préfète de prendre un arrêté préfectoral pour la protection du biotope.

Par ailleurs, les différentes nuisances engendrées par les éoliennes provoquent des inquiétudes sur le plan économique : le niveau sonore multiplié par deux la nuit affecterait l’activité touristique, pour le camping des 3 Sources (Calviac) et les différents gîtes et chambres d’hôte. Le bureau a indiqué que le problème se pose dans les mêmes termes de sauvegarde du patrimoine sur l’autre rive de l’Escaumels, dans la Châtaigneraie cantalienne, avec la prévision d’implantation de près de 130 éoliennes de 200 m de haut.

Enfin, l’assemblée générale a évoqué des actions à entreprendre «pour mobiliser et expliquer que ces projets industriels n’ont rien d’écologique et ne sont que des opérations financières rentables pour les seuls promoteurs.»

http ://appgecomiac.for-lac.com


Dans l’Aveyron

DERNIER MESSAGE DE L’AMASSADA (lundi, 29 à 17.19)

Bonjour à tous, nous étions plus de 50 à avoir fait le déplacement devant le tribunal de Rodez pour soutenir nos camarades et dénoncer l’absurdité des mesures tentées par Théolia et ses complices avocats « greelaw » (rire).
Dans une ambiance conviviale et ensoleillée, nous avons fait résonner nos instruments jusque dans l’enceinte du tribunal. La salle d’audience fut remplie des nombreux soutiens physiques et symboliques à nos luttes.
Le rendu sera donné jeudi prochain, le 1er février, et parviendra directement à notre avocat. Nous vous tiendrons évidemment au courant.
Pour continuer à nous soutenir et nous aider à faire face à la répression, venez nous rejoindre samedi prochain à Saint Affrique dès 10h30.
Ce n’est qu’un combat, continuons le début !

Pas res nos arresta !

APPEL DE L’AMASSADA

Rassemblement-tintamarre pour les libertés à Saint-Affrique

Samedi 3 Février 10H30

Suite à 13 gardes à vue dans différentes gendarmeries de l’Aveyron et un projet de contrôle judiciaire par référé pour empêcher l’accès aux environs du chantier de parc éolien de Crassous , il est programmé un Rassemblement-tintamarre, devant l’Hôtel de Ville de Saint-Affrique, commune du projet, ce Samedi 3 Février à 10h30.
Les gardes à vue se sont déroulées jeudi 25, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour un délit mineur après l’intervention démesurée de dizaines de gendarmes au petit matin. Elles se sont déroulées loin des yeux (Marcillac, Bozoul, Capdenac, Villefranche de Rouergue, Laissac, Rodez… ) . Ce coup de force  n’a pour projet que d’intimider ceux et celles qui voudraient s’opposer aux éoliennes industrielles et au projet de méga Transfo à Saint Victor. Aucune mises en examen à la sortie de ces 10 heures de privation de liberté.

La liberté de manifester ses convictions n’a pas à être limitée ni contrainte dans un élan de bombage de torse du gouvernement vis à vis des luttes contre les GPI (grands projets inutiles) pour faire passer l’abandon du projet d’aéroport de NDDL auprès des aménageurs.

Défendons les libertés fondamentales de manifester et protestons contre la criminalisation des luttes.

Habitants, habitantes d’Occitanie: « Aux libertés »!

Pour mieux comprendre les enjeux du chantier en cours, voir le communiqué de l’AMASSADA du 8 janvier 2018


Dans l’Hérault

VALOREM puis VOLKSWIND colonisent le massif de l’Escandorgue

Une soixantaine de personnes se sont rassemblées vendredi 19 janvier pour exprimer leur désaccord avec le projet d’éoliennes industrielles sur le village, porté par la société Volkswind, et ce, à l’occasion de la dernière journée de l’enquête publique.

Vendredi 19 janvier, à la mairie de Ceilhes et Rocozels, dernier jour de l’enquête publique

Le commissaire enquêteur a écouté Anne-Marie Bourgesse qui a rappelé les raisons du rassemblement : « on est ici pour se battre contre 6 éoliennes, mais sachez qu’un autre projet pour 8 est déjà dans les cartons ; si on laisse passer, c’est en tout  14 éoliennes de plus de 120m qui vont nous encercler. Au delà des nuisances, y compris sur votre santé, de la destruction d’un paysage protégé qui fait partie du Parc naturel régional du Haut Languedoc, ce sera une catastrophe écologique, car après avoir massacré biodiversité et avifaune, ce sont les sources du village qui seront menacées !! Une des éoliennes serait implantée à moins de 50m du périmètre de protection».

Pour en savoir plus, le compte-rendu du collectif.

 


 Dans l’Aude :

Une « honte judiciaire » (selon l’avocat des victimes) : déni de justice pour les riverains de la route des convois éoliens, élargie par décision autoritaire au seul bénéfice de l’opérateur éolien.
Voir l’article dans l’Indépendant.

Pour contacter le Collectif des Résistants des ponts du Rec et de Gourga –

06 08 66 53 97 – colldesresistantsdupontdurec@gmail.com