Carole Delga au siège d’EDF EN

ML20juillet

OCC-Delga-EDF

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’Amassada en fête du 18 au 27 août

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les maires de France et l’éolien

 

Après la réunion des maires de France sur le thème « Eolien et territoires… »

quelques extraits du bulletin d’information de l’AMF

Les maires se sentent souvent démunis face à l’implantation des éoliennes qui rencontre de plus en plus d’opposition de la part de leurs administrés.

Peu de sujets sur l’aménagement du territoire sont aussi clivants que celui de l’éolien, et les échanges ont été nourris lors de cette journée de débats, nombre de maires se faisant l’écho de l’hostilité croissante des citoyens face à l’implantation croissante et non coordonnée du nombre de mâts d’éoliennes installés sur le territoire.

« Cela devient insupportable », a protesté Jean-Louis Grimal, maire de Curan et président de l’Association des maires de l’Aveyron, où l’arrivée des éoliennes s’est faite parfois de manière « anarchique », au détriment de paysages touristiques qui font l’attractivité du territoire. « Le système des enchères, avec des opérateurs qui offrent 6 à 18 000 euros par an de loyer, voire plus, aux agriculteurs propriétaires des terrains, supprime toute possibilité de planification », a regretté Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour et président de la commission « Aménagement, urbanisme et habitat » de l’AMF.

Jérôme Fauconnier, maire d’Avignonet (Isère) a présenté la charte non prescriptive élaborée par sa communauté de communes du Trièves – dont il est président, au terme de sept mois de concertation et d’études de terrain. Elle comporte une série de conditions préalables à l’implantation d’éoliennes. Résultat : « On n’a pas vu revenir beaucoup de promoteurs, et pourtant le document n’est pas opposable ! Mais le maire se retrouve moins seul, l’opérateur sait qu’il aura un soutien de la collectivité à son projet, ou bien une opposition totale, que le préfet prendra en compte. »

[commentaire TNE/OE : 1. L’opposition grandit dans les territoires ruraux et 2. Lorsque les élus s’organisent les opérateurs reculent…et la voix des citoyens est mieux écoutée]

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Lettre au préfet de région

Le 8 avril 2017

à Monsieur le Préfet de Région

Place St Etienne

31000 TOULOUSE

Objet : demande de rendez-vous

Monsieur le Préfet,

Depuis décembre dernier, plusieurs milliers de citoyens de la région se sont rassemblés, à travers leurs associations locales, au sein du collectif «Toutes Nos Énergies/ Occitanie Environnement ». Nous ne sommes pas un groupe de pression défendant des intérêts particuliers mais un collectif de vigilance citoyenne sur les biens communs : eau, sol, air, biodiversité, paysage, car la santé des milieux naturels conditionne la santé des humains.

Depuis des années nos 140 associations alertent les autorités régionales sur les impacts négatifs des projets éoliens industriels qui se multiplient dans les espaces ruraux sensibles d’Occitanie. Il est pourtant nécessaire, plus que jamais, de préserver nos territoires hyper-ruraux qui sont des espaces de vie pour leurs habitants, des espaces économiques à faible densité humaine mais à forte valeur patrimoniale, perçus et fréquentés comme des « poumons verts » par les citadins.

Porté des investisseurs plus soucieux de leurs profits que de transition énergétique, l’éolien industriel se développe anarchiquement dans la région en produisant un cortège de méfaits : mitage du territoire, atteintes au patrimoine naturel et paysager, bouleversement de la vie sociale et économique de zones rurales particulièrement fragiles. Les recettes qu’apporte aux collectivités cette industrie du vent ne compenseront jamais les dégradations qu’elle occasionne. 

Nos rencontres avec les services de l’État en charge de l’instruction des projets éoliens, tant au niveau régional qu’au niveau départemental nous ont permis de mesurer la double pression que subissent ces fonctionnaires : celle des engagements – quantitatifs plus que qualitatifs – pris au niveau européen sur les énergies renouvelables et celle, moins acceptable de notre point de vue, des promoteurs qui se donnent tous les moyens pour que rien n’entrave la réalisation de leurs projets.

L’un de vos prédécesseurs, le Préfet Dominique Bur, a reçu notre collectif Midi-Pyrénées le 19 juillet 2010. Lors de cet entretien, il a déclaré :« On avait cru au début que les éoliennes étaient la panacée, on n’en connaissait pas encore tous les effets collatéraux ». Il nous a dit avoir été surpris de la manière chaotique dont tout cela avait été lancé, habitué dans ses fonctions à plus de planification. Il a convenu avec nous que « les enquêtes publiques sont un mécanisme de consultation qui montre aujourd’hui ses limites ». Il a reconnu, enfin, la difficulté d’exercice de la démocratie au niveau très local vu les interactions d’intérêts.

Sept ans après, la situation ne s’est guère améliorée. Les services de l’État en région semblent débordés, tant par le volume des demandes que par la technicité des dossiers, d’où l’absence de vue d’ensemble. Les procédures – qu’elles proviennent des lois, décrets, règlements, circulaires – édictées, sous influence constante des groupes de pression éoliens sont appliquées trop souvent au détriment des territoires (biodiversité, ressource en eau, patrimoine et paysages) et de leurs habitants (aucune évaluation pertinente de l’impact sur les personnes). On ne cherche pas à les faire évoluer ou à les adapter en fonction des situations locales. Face aux pressions et recours des opérateurs les Préfets sont relativement désarmés, ou peu enclins à résister.

La plupart de nos élus locaux fonctionnent dans un entre-soi excluant tout débat avec les administrés. Ils raisonnent sur un mode purement comptable (faire entrer des recettes), d’où une véritable braderie des territoires, souvent aux limites du déni de démocratie, sans parler de quelques prises illégales d’intérêt, jugées ou en cours d’instruction dans la région. Quant aux habitants, pas ou mal informés, consultés en fin de parcours des projets – uniquement lors des enquêtes publiques – ils sont à terme soumis à des nuisances visuelles et sonores constamment niées ou minimisées, génératrices de stress et des pathologies qui leur sont liées.

Nous avons eu avec le Conseil régional des rencontres sur le terrain (Aveyron, Tarn, Hérault, le 13 juillet 2016) et à l’Hôtel de Région qui nous ont permis d’exposer nos doléances, de faire part de notre connaissance des conditions dans lesquelles s’effectue le développement éolien, de l’expérience accumulée par nos associations implantées dans toute la région, dont certaines depuis plus de 10 ans. Nous avons pu exprimer notre conviction que l’éolien industriel est inadapté à nos contextes locaux et qu’il est temps d’en arrêter le développement.

Mais c’est vers vous que nous nous tournons pour formuler la demande, portée par notre collectif, d’un moratoire sur le développement de l’éolien industriel afin d’établir un bilan sincère des résultats et des impacts des installations éoliennes industrielles existant dans la région. Cette pause réfléchie devra permettre de rétablir l’équilibre dans le mix énergétique entre les différentes ressources énergétiques d’intérêt régional (solaire, biomasse, géothermie…). Elle permettra en outre de donner une priorité renforcée aux mesures de sobriété et d’efficacité énergétique. Si l’éolien industriel devait s’avérer absolument nécessaire – après évaluation globale et objective – il devrait être préférentiellement installé dans les zones déjà marquées par l’activité industrielle et non plus dans les milieux naturels et les espaces ruraux qui sont une richesse de la région Occitanie.

Pour aborder avec vous tous ces points, vous apporter des témoignages concrets et vous faire part de nos propositions et attentes, nous vous demandons de bien vouloir recevoir personnellement une délégation de notre collectif régional.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Préfet, à l’assurance de notre considération distinguée,

Le collectif régional TOUTES NOS ENERGIES / OCCITANIE ENVIRONNEMENT réunit 140 associations œuvrant pour la protection de l’environnement, du patrimoine et de la qualité de vie des habitants et, à ce titre, opposées à l’invasion de l’industrie éolienne dans les milieux naturels et les espaces ruraux de la région Occitanie.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

RTE (et les contribuables) au service de l’éolien industriel

D’ici 2023, RTE va renforcer ses réseaux Haute Tension pour « accompagner »  l’invasion des éoliennes industrielles dans nos territoires ruraux

La région Occitanie a déjà subi l’implantation d’éoliennes industrielles avec, à fin 2016, le cumul d’une puissance installée d’environ 2500 MW, raccordée au réseau Haute Tension de RTE ( sachant que le rendement en puissance d’une éolienne n’est que de 25% au mieux)

Les perspectives à l’horizon 2023 prévoit un doublement de cette puissance installée en éolien industriel. Or, le réseau Haute Tension de la région Occitanie est ancien et fut aménagé dans les années 50 en vue d’évacuer l’importante production hydraulique issue de nos vallées. Ce réseau n’est pas adapté à l’accueil de ces machines à vent.

RTE prévoit, d’ici 2023 une évolution majeure, avec par exemple le très médiatisé poste 400 kV de Sud Aveyron (près de Saint Victor), qui disposerait de 2 Autotransformateurs de 600MVA chacun, capables « d’héberger » la production de 600 éoliennes de 2 MVA chacune.

Il est question de la reconstruction d’ici 2023 de la ligne 400 kV Rueyres- Gaudières (Narbonne) avec 2 circuits en place d’un seul existant. Mais aussi d’un 2ème Autotransformateur de 600MVA au poste de Gaudière 400kV.

A des tensions inférieures (225 et 63 kV) de nombreux ouvrages vont être construits (lignes , transformateurs, postes clients producteurs) par exemple à Fraysse, Brusque, Avant Monts, Raviège, Saint Victor, Onet le Château, Fondamente, Luzières, Gourjade, Réalmont, etc…

Environ 80% des travaux seront effectués en vue d’accueillir les éoliennes industrielles.

Le coût de ces chantiers pharaoniques devrait se rapprocher du milliard d’Euros pour l’Occitanie, qui sera en grande partie payé par les contribuables, pour le plus grand profit des producteurs éoliens.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire