Un projet de PPE alternatif présenté au Ministère de la Transition Écologique et de la Solidarité

Aujourd’hui, près de 2000 associations représentées par leurs fédérations nationales et leurs collectifs régionaux ont présenté au Ministère de la Transition Écologique et de la Solidarité un programme alternatif sur l’énergie (PPE 2019-2028).

Alors que les avis convergent pour estimer que

  • L’éolien ne sert ni la transition écologique, ni l’environnement, ni la santé.
  • Le tout électrique n’est pas le bon objectif : notamment, il y a beaucoup à espérer dans le domaine de la capture et de la conservation de la chaleur.
  • La transition écologique doit privilégier les économies d’énergies, y compris électrique. 
  • Elle doit être transparente sur les coûts complets du mix énergétique programmé et les soutiens publics induits. 
  • Elle doit respecter les territoires, la biodiversité, les paysages, et le cadre de vie des ruraux. Ce qu’a publiquement confirmé la Secrétaire d’État Madame Emmanuelle Wargon le 27.08.19 lors du débat public qu’elle animait à Rullac (Aveyron).

Le refus du gouvernement de prendre en compte la moindre proposition d’évolution d’un projet techniquement irréaliste et ruineux qui privilégie des solutions ne concourant pas à la diminution des émissions de gaz à effet de serre et ne respectant pas la Charte de l’Environnement, est inacceptable.

Devant ce refus de dialogue, nos Fédérations et Associations ont déposé un exemple de programme complet et chiffré démontrant qu’une alternative est possible, respectueuse de l’environnement, écologique et solidaire, respectant la Charte de l’Environnement (Loi constitutionnelle du 01.03.05) et nos engagements internationaux, et concourant au respect des grands équilibres économiques et sociaux de la Nation. 

Publié dans Informations diverses | Laisser un commentaire

Votre soutien est nécessaire contre les éoliennes de Tauriac de Camarès

Un territoire déjà impacté par les éoliennes industrielles… un cumul évitable !

L’enquête publique sur le projet d’implantation de 5 éoliennes à Tauriac de Camarès, une commune du sud de l’Aveyron, a démarré lundi 6 janvier. Elle s’achèvera le lundi 10 février 2020 à 17h00.
Le dossier est accessible via https://www.registre-dematerialise.fr/1830/documents ou http://www.aveyron.gouv.fr/projet-de-creation-du-parc-eolien-de-trinquies-cne-a6889.html
Les prochaines permanences du commissaire-enquêteur auront lieu 

  • Vendredi 17 janvier 2020, Mairie de Brusque, 14h00 – 17h00
  • Mardi 21 janvier 2020, Mairie de Fayet, 15h00 – 18h00
  • Mardi 4 février 2020, Mairie de Avène, 9h00 – 12h00
  • Lundi 10 février 2020, Mairie de Tauriac-de-Camarès, 14h00 – 17h00

Le moyen à privilégier si l’on ne va pas rencontrer le commissaire-enquêteur est comme toujours d’écrire à l’adresse mail :
pref-enquete-eolientauriac@aveyron.gouv.fr

1.      Ce projet n’est pas dans une zone réputée propice parmi celles décrites dans le document d’urbanisme applicable (réf. DOO du SCoT du PNR-GC en vigueur) : pour cette seule raison il aurait dû être rejeté sans qu’il y ait lieu de le porter à l’enquête publique.

2.      Il méconnaît la qualité profonde des paysages de ce secteur géographique et ne prend pas en compte les effets cumulés avec les centrales éoliennes existantes.

3.      Il méconnaît ses effets sur le cadre de vie des habitants du pays et les risques émotionnels liés à un sentiment d’encerclement croissant.

4.      Il sous-estime ses effets sur la biodiversité, en particulier les grands rapaces et les chiroptères.

5.     Il ignore la position officielle des pouvoirs publics rappelée le 27 août 2019 par la Secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique et Solidaire Emmanuelle Wargon  à Rullac St Cirq (Aveyron) : « désormais paysages et biodiversité doivent être placés au cœur de toute démarche de production d’énergie ».

6.      Il ignore la réalité énergétique d’un territoire qui est déjà à énergie positive et qui, de ce fait, doit avant tout veiller à préserver son identité montagnarde et les activités qui lui sont associées, à préserver ses aménités paysagères et sa biodiversité, ainsi que son tourisme . Sur un tel territoire, historiquement en zone rouge sur la question éolienne (réflexion-cadre de 2005, SRCAE …), l’éolien qui en soi ne contribue pas à la réduction des émissions de CO² et clairement ne peut pas être déclaré d’utilité générale.

Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Votre appui contre les éoliennes de Cambounès est déterminant !

EDF Renouvelables France voudrait implanter 7 éoliennes sur la commune de Cambounès (Tarn), dans le périmètre du PNR du Haut Languedoc; elles entraîneraient des nuisances importantes pour les habitants d’une commune et de hameaux voisins qui n’ont pas eu leur mot à dire. L’enquête publique est ouverte depuis le 9 décembre.

Un village sous la menace d’éoliennes voulues par la commune voisine !

L’association Nostra Montanha qui regroupe des habitants du Rialet, de Boissezon, de Cambounès et des hameaux voisins se bat contre ce projet qui est lourd de menaces pour la biodiversité, qui porte atteinte aux paysages  et va entraîner, pour les habitants, des nuisances visuelles et sonores importantes. Les raisons sont nombreuses qui justifient le combat de notre association, et nous pensons que vous les partagez.

  • Une implantation en trois paquets d’éoliennes distants de près de 2km chacun, délimitant un cercle de 2,5km de diamètre, pour une emprise totale de près de 490ha : un véritable mitage du territoire.
  • L’éloignement des éoliennes nécessite 6,5 km de ligne enterrée pour les connecter ; à quoi s’ajoutent 15km de ligne enterrée pour rejoindre le réseau au poste de la Raviège qui n’existe pas encore !! La création de 500 m de pistes et l’élargissement/déforestation) de 6,5km de pistes forestières et de chemins de randonnées augmentent les dégâts…
  • Des atteintes importantes au patrimoine paysager : Le rapport du DREAL, du DDT Tarn et du chef de l’UDAP du Tarn (10 avril 2018) ont émis un avis défavorable considérant un faisceau ce contre-indications liées aux itinéraires touristiques routiers et pédestres, à plusieurs sites d’habitats et d’élevage concernés, et à l’absence de dialogue avec le grand paysage.  
  • Des menaces sur la biodiversité : amphibiens (triton marbré) et chauves-souris voient leurs habitats détruits, prairie hygrophiles et refuges pour les chiroptères. La MRAe (Mission régionale d’autorité environnementale) considère que le projet demeure susceptible d’impacts notables sur plusieurs oiseaux à forts enjeux patrimoniaux, Circaète Jean-le-Blanc, Grand-Duc d’Europe, busards cendrés et busards Saint-Martin, qui présentent de très faibles effectifs en Occitanie.
  • Le site se trouve sur un axe de migration de l’avifaune du sud du Tarn entre la vallée de la Durenque et le couloir de Roquecezière-Lacaune, avec un effectif de passage important. La topographie de l’aire d’étude devrait conduire le survol d’oiseaux à hauteur des pales. 

Vous le savez, l’ampleur des oppositions manifestées pendant la durée de l’enquête est un élément déterminant dans la décision de la commission d’enquête. 

Votre soutien nous sera une aide précieuse

Jusqu’au 24 janvier, toute personne peut donner son avis ! Il n’y a pas de restriction géographique pour participer à l’enquête publique. Mais il vaut mieux que dans votre contribution, vous fassiez valoir un lien avec le territoire concerné : racines familiales, lieu de vacances, lieu de randonnée, ou d’un intérêt particulier… 

Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Participons à l’enquête publique pour la création du PNR des Corbières Fenouillèdes

Les Corbières et le Mont Tauch

La création du Parc Naturel Régional des Corbières Fenouillèdes est une bonne nouvelle.
C’est un territoire d’une haute valeur patrimoniale, préservée et reconnue ;
d’une importance écologique majeure, domaine vital des grands rapaces et oiseaux méditerranéens, un des couloirs migratoires les plus fréquentés entre Afrique et Europe.

Ses paysages spectaculaires ont une identité forte autour du catharisme, et donc une vocation touristique autour de son patrimoine culturel.

Ce PNR permettra d’affirmer l’unité géographique et humaine d’un territoire, de valoriser ses richesses (agriculture et tourisme), mais à condition d’une forte vigilance sur la question de l’éolien industriel, en particulier pour la protection du Gypaète Barbu, du vautour Percnoptère, du Faucon Crécerellette et de l’Aigle de Bonelli

Ce que détaille de manière trés argumentée l’avis que rendent Bruno Ladsous et Kevin Jeanroy membres de l’association Sites et Monuments.

L’enquête publique pour la création du PNR des Corbières et du Fenouilledes sera close le vendredi 17 janvier 2020 à 17 h, ce qui ne laisse plus beaucoup de temps !

Si nous ne réagissons pas , l’enquête publique ne fera état, dans les Hautes Corbières, que des remarques des personnes qui sont pour les projets de parcs éoliens dans notre secteur, des élus qui pensent plus à l’argent qu’à la protection d’un Parc qui est leur avenir.

Pour donner son avis : https://www.registre-numerique.fr/parc-naturel-corbieres-fenouilledes
Pour s’informer sur le projet de charte et le document de référence territorial de l’éolien : https://www.projet.corbieres-fenouilledes.fr/telechargements

A lire absolument : 

  • Les Annexes p 43 à 59 : document de référence territorial de l’éolien (avec toutes les cartes)
  • La charte à partir de la p 149 . son défi n°2 : Viser une autonomie énergétique diversifiée et respectueuse de la haute valeur patrimoniale des Corbières-Fenouillèdes et anticiper les conséquences du changement climatique

Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Nous écrivons – encore une fois – à la Région !

La direction de la région Occitanie refuse obstinément de considérer notre collectif et les associations qui le soutiennent comme des interlocuteurs légitimes. Toutes nos demandes de rencontre sont ignorées…

Si nous insistons une fois de plus, c’est qu’un certain nombre d’évènements, durant l’année 2019, devraient amener la Région à s’interroger sur la pertinence de ses choix et à procéder à leur révision. 

Le rapport Aubert issu des travaux de la commission parlementaire souligne la nécessité de prendre en compte les intérêts des habitants, de leur environnement. Il plaide pour un moratoire concernant l’éolien terrestre qui permettrait de tirer un bilan économique, social et environnemental de la transition énergétique telle qu’elle est conduite actuellement. Enfin, il insiste sur la concertation entre les pouvoirs publics et les citoyens.

Les propos publics de la Secrétaire d’État Madame Wargon le 27 août à Rullac (Aveyron) lient protection des paysages, de la biodiversité et équilibre territorial ; la secrétaire d’État reconnait que « la politique énergétique ne devrait plus être dictée par les opérateurs industriels. »

Les refus croissants et motivés de projets, pas seulement éoliens, par les services de l’État prouvent combien l’on ne peut pas durablement faire semblant de respecter l’environnement et la biodiversité à base de grandes phrases tout en livrant nos territoires aux opérateurs privés.

Il est largement temps pour la Région de retrouver le chemin du dialogue avec ses concitoyens, en s’inspirant de ces éléments nouveaux.

Le monde ancien où les citoyens étaient sujets, réputés incompétents, est révolu. Dans un contexte difficile nous avons fait le choix courageux de vous proposer une participation effective à la décision en matière environnementale, qui est le sujet central de la transition écologique, dans notre région.  

Retrouvez – ici – la lettre à madame Delga

Publié dans Communiqués de TNE-OE | Laisser un commentaire

Voyage au pays des économies d’énergie ! Un vaste business…

Billet d’humeur ….

Au départ il y a un harcèlement téléphonique par des employés de centres d’appel exotiques ou des robots qui me répètent à longueur de journée que j’ai droit à isoler ma maison pour un euro par la grâce d’une décision gouvernementale.
Ensuite il y a la curiosité de voir de quoi il retourne et l’acceptation de la proposition. Vient alors la mise en contact  avec une société spécialisée dans l’isolation, Futura international, société ayant pignon sur rue, site web et capital conséquent.

Rendez-vous est pris à mon domicile au cours duquel il est prévu de faire le devis au vu du travail à réaliser et dans la foulée de réaliser le chantier.
Je dois préparer une feuille d’impôt, une pièce d’identité et une facture EDF.Le jour dit,  survient un camion de location avec à son bord deux ouvriers moldaves et des dizaines de rouleaux de laine de verre fabriqués à Madrid par la société Ursa Iberica Aislantes.
Les ouvriers s’empressent de faire des photos du grenier pour établir le devis ; les envoient et reçoivent en retour sur leur imprimante portable le devis en question.

Surprise : plus de Futura international mais une société nommée My energy basée à Créteil, au capital de 1000 euros avec actionnaire unique et un seul employé. Le PDG très éclectique possède également d’autres sociétés au capital aussi léger qui œuvrent dans le commerce de détail, les activités scientifiques ou la location de biens immobiliers…Sur la fiche de contrôle du chantier, le tapon de My energy figure dans un encadré intitulé « cachet de l’entreprise de soufflage » alors qu’il s’agit de pose de laine de verre !

Le travail une fois effectué en moins de temps qu’il n’en a fallu pour remplir les papiers, je signe une attestation sur l’honneur comme quoi « je fournirais exclusivement à EDF l’ensemble des documents permettant de valoriser cette opération au titre du dispositif des certificats d’économie d’énergie » et « que je ne signerai pas, pour cette opération, d’attestation sur l’honneur semblable avec une autre personne morale ». On le voit la confiance règne entre EDF et ses clients.

Ainsi une idée de départ qui pouvait sembler bonne – faire contribuer les producteurs d’énergie aux économies – s’est transformée en un vaste business où tout le monde, y compris le bénéficiaire, fait semblant de croire à une opération qui en fait est bâclée.La maison est un peu mieux isolée mais sans réflexion sur la meilleure façon d’y arriver, personne ne contrôle le résultat, des intermédiaires en cascade se payent sur la bête, EDF remplit ses obligations sans y adhérer.

Post Scriptum : la gestion du registre national des certificats d’économie d’énergie, qui est aussi le lieu où vous pouvez connaître le cours des CEE (Certificat d’Économie d’Énergie) – car ils se vendent comme des crédits carbone – a été confiée à une société baptisée Powernext elle-même filiale du European energy exchange. Powernext est dirigé par Jean-Pierre Goux par ailleurs président de l’Institut des Futurs Souhaitables… That’s all folks !!

Jean Pougnet – président de l’association Pechs et Garrigue (34)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Semaine de mobilisation contre RTE et son monde du 13 au 18 janvier.

« Certains postes électriques explicitement construits pour collecter l’énergie éolienne font ainsi I’objet de recours par des particuliers se réclamant de la défense de l’environnement : tel est par exemple le cas du poste « Sud Aveyron » à Saint-Victor-et-Melvieu. De tels cas de figure, s’ils se généralisent, pourraient s’avérer particulièrement contraignants. »  

Schéma décennal de développement du réseau, principaux résultats, RTE, Edition 2019

Prenons ce constat de RTE comme un programme.  Début octobre, RTE et la police ont évacué le hameau de l’Amassada qui bloquait l’installation du dit poste électrique. Dans les semaines qui ont suivi nous avons été  plusieurs centaines à nous réunir lors d’un week-end de résistance au  cours duquel nous avons appelé à une semaine de mobilisation partout du 13 au 18 janvier.

Nous souhaitons amener le combat contre le transfo, l’éolien industriel et la transition énergétique au cœur des métropoles ultra connectées. Il est grand temps de visibiliser le fait que la transition énergétique, tant vantée comme la solution, dévaste les campagnes et sert à alimenter les « smart city » dont rêvent les gouvernants.

Éoliennes et trottinettes connectées appartiennent au même monde, organisons nous ensemble, rats des villes et rats des champs, contre leur fin du monde programmée.

L'Amassada 
douze.noblogs.org 
amassada@riseup.net
Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Le 5 décembre de l’Amassada

Grève de la destruction du monde à Saint-Victor

Ce 5 décembre, succès du blocage de la route empruntée quotidiennement par un incessant trafic de camions. Une petite cinquantaine de personnes a suffi pour bloquer la sortie des gravats du chantier de 10 h du matin jusqu’à la fin de la journée.

La gendarmerie en sous effectif  n’a rien pu faire pour nous déloger de la D31. Dans un étrange ballet ensoleillé une trentaine de gendarmes nous poussait et telle de l’eau nous coulionssur la route, sans laisser prise aux provocations des flics.

A une bifurcation nous avons décidé de remonter vers le point de blocage en prenant par les champs pour revenir devant les flics. Nous sommes ainsi remontés au carrefour de départ pour constater joyeusement que les 10 camions bloqués n’avaient pas bougé d’un poil.
Les renforts militaires n’arrivant pas, comme c’est le cas habituellement, ce sont les camionneurs qui ont fini par faire demi tour sous nos applaudissements. La gendarmerie a aussitôt reflué, nous laissant maîtres des lieux.

Cette petite brèche ouverte dans le déroulement normal du chantier d’une grosse infrastructure RTE en cours de construction nous redonne du courage.
Nous saluons aussi les syndicalistes CGT EDF qui nous ont apporté leur soutien. Tout le monde a bien compris que bousiller les retraites, spéculer sur l’électricité et annihiler le peu de terres agricoles qui reste sont des actes qui appartiennent à une même logique de destruction.

Aussi nous invitons tous les gens qui peuvent à venir lundi 9 à 9h00 à La Baraque de Saint-Victor pour recommencer une action du même type.

Avec dans les sacs de quoi pic niquer et son gilet jaune. Soyonsnombreu.x.ses ! Faire plier le gouvernement sur ces infâmes projets exige de le bloquer sur ses plus gros chantiers !

Pas res nos arresta,

L’Amassada en exil

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Du Mexique à l’Amassada, la Conf aveyronnaise pose le problème des éoliennes

Les dégâts occasionnés par l’implantation d’éoliennes industrielles contre la volonté des habitants sont les mêmes au Mexique et sur nos territoires. En soutenant la communauté zapotèque Uniòn Hidalgo et le combat de nos amis de l’Amassada,

la Confédération Paysanne de l’Aveyron défend ses convictions : une écologie qui passe par le respect de l’environnement et le partage des richesses.

Publié dans Dans la presse | Laisser un commentaire

La commission Aubert-Meynier a rendu son rapport le 26 novembre

Les députés Julien Aubert et Marjolaine Meynier ont animé une commission parlementaire consacré à l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, à la transparence des financements et à l’acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique. Trois représentants de nos associations occitanes ont participé aux travaux de cette commission. Le rapport a été rendu le 26 novembre 2019. Ici en PDF.

Le collectif a publié un communiqué de presse pour attirer l’attention de la direction de la Région Occitanie sur les conclusions de ce rapport qui « pose les bases politiques d’un arrêt de l’éolien notamment en Occitanie ». Nous estimons que la Région « pourrait ainsi réajuster ses ambitions par un renforcement volontariste de l’aide aux mesures d’économie d’énergie et d’efficacité énergétique, par le choix résolu d’EnR à faible impact environnemental et paysager et à effet réel sur la réduction des gaz à effet de serre, enfin, en priorisant les renouvelables thermiques ».

Dans l’avant-propos le président de la commission souligne que la transition vers les énergies électriques intermittentes (éolien, photovoltaïque) qui n’a aucun impact sur le CO2 ne permet pas de lutter contre le dérèglement climatique. Elle fragilise la qualité du courant fourni à nos concitoyens et coûte cher aux finances du pays, aux entreprises et aux ménages. Et elle n’est plus acceptée par la population des pays ruraux.

Il fixe trois directions : les objectifs techniques de la transition écologique doivent se concentrer sur la réduction des énergies fossiles, les soutiens publics être réorientés sur les actions d’efficacité énergétique à fort impact de réduction des émissions de CO2 : chauffage et transport.
Les conditions de territorialisation de la politique énergétique doivent faire droit à la demande d’acceptabilité sociale et environnementale. 
La création d’une taxe unique liée à l’impact CO2 des différentes énergies pourrait améliorer compréhension et la transparence fiscales.

Dans un document élaboré par des membres du collectif TNE-Occitanie Environnement, nous apportons un certain nombre de remarques et de critiques. 

Ce rapport ne doit pas être enterré, il doit constituer une base de discussions et de rencontres avec les élus communaux et intercommunaux, les parlementaires ; alimenter les réunions publiques…  Nous reprenons les propositions qui nous semblent les plus intéressantes : 

  • Traduire d’emblée cette orientation par un moratoire sur l’éolien terrestre et marin .
  • Réviser la politique de soutiens budgétaires publics directs et indirects.
  • Rénover les règles de l’éolien terrestre : distance envers les habitations et les élevages : 10 fois la hauteur pale comprise, renforcer les garanties des riverains.
  • Remplacer l’ADEME par une structure indépendante des opérateurs privés de l’énergie.
Publié dans Communiqués de TNE-OE | Laisser un commentaire