La justice ordonne la démolition d’éoliennes industrielles : une première en France

C’est une victoire pour les associations, Collectif pour la protection des paysages et de la biodiversité 34-12 / Vigilance Patrimoine paysager et naturel / Protection des paysages et ressources de l’Escandorgue et du Lodévois / Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France. Elles se battaient depuis plus de 15 ans, défendues par l’avocat Nicolas Gallon, pour que l’État applique ses propres décisions et que le préfet de l’Hérault y veille, à savoir, sans permis de construire toute construction doit être démolie !! 

Sur la commune de Lunas, au nord-ouest de Lodève (34) au lieu-dit de Bernagues – massif de l’Escandorgue – une centrale de 7 éoliennes industrielles fonctionne malgré la deuxième annulation définitive de son permis de construire par le Conseil d’Etatle 8 novembre  2017, et sans plus aucune autorisation d’exploiter valide.

Le promoteur, ERL-groupe VALECO (récemment passé sous contrôle de l’énergéticien allemand EnBW), avait tout de même construit et exploité ses éoliennes arguant du fait qu’il aurait obtenu une autorisation d’exploiter, mais celle-ci avait été accordée à condition d’avoir un permis de construire valide or il avait été annulé par le Conseil d’Etat !!

Ce fut une lutte épuisante pour les citoyens qui ont dû se battre, dépenser temps et argent juste pour faire respecter la loi !!

Et tant de contradictions : pourquoi les élus de nos territoires, qui se targuent d’agir avec l’administration pour protéger des espèces en danger, acceptent pour des questions d’argent (les redevances des promoteurs) de mettre ces mêmes espèces en péril ? Les éoliennes de Bernagues ont tué de nombreuses chauve-souris et des oiseaux protégés par les conventions européennes dont un vautour moine.
Le services de l’Etat ont accordé à deux reprises un permis de construire chaque fois annulé par la justice sans que cette annulation soit appliquée sur le terrain, et à chaque fois, des associations ont dû se mobiliser pour faire appliquer une loi que le préfet est censé représenter. 

La décision est exécutoire mais le promoteur peut encore faire appel, essayer de gagner du temps et continuer à gagner beaucoup d’argent. Cela fait des années que ces éoliennes lui rapportent des milliers d’euros chaque jour, alors pourquoi ne pas faire durer.  
Ceci ne nous enlève pas la joie qu’enfin un tribunal donne raison à nos associations qui veillent à la protection du patrimoine commun, naturel et paysager contre des aménageurs sans scrupules.

C’est un cas unique en France : la démolition dans les 4 mois, sous astreinte de 9000 € par jour. Ce jugement est un symbole pour tous ceux qui luttent contre l’éolien industriel.

Les associations du collectif 34-12 ont mis fin à des possibles abus des promoteurs éoliens  : ceux qui seraient désormais tentés de mener la politique du fait accompli en construisant avant d’avoir une autorisation définitive, au détriment des paysages et de la biodiversité, savent maintenant qu’ils risqueront la démolition.
Cette jurisprudence est donc utile pour toutes les associations et les opposants à l’éolien  en France : pour le cas où leurs autorisations seraient refusées, ils n’oseront plus construire leurs perfides éoliennes malgré tout.

 Vous trouverez en pièce jointe la Minute du tribunal judiciaire de Montpellier.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Contre la DUP (déclaration d’utilité publique) du transfo de Saint-Victor-et-Melvieu : APPEL à DONS

Le chantier du Transfo de St Victor et Melvieu en Aveyron est engagé, et déjà résonnent dans la presse les cris de victoire de RTE proclamant que cette entreprise publique – autrefois EDF – a gagné dans le procès l’opposant à une trentaine de propriétaires indivis originaires de toute la Région et contestant la DUP (déclaration d’utilité publique).

Ce transformateur est symbolique de ce que combattent toutes nos associations : massacre environnemental et paysager, atteintes à la qualité de vie dans les territoires ruraux, mépris des élus de St Victor, gaspillage financier…

Le chantier du transfo de Saint-Victor-et-Melvieu

Le comble est qu’en l’état actuel ce transfo ne sert à rien cf. CR d’une réunion en préfecture de Rodez : https://toutesnosenergies.fr/index.php/2020/06/16/3710/ . Un éléphant blanc. Mais il faut voir à 10-15 ans et dès lors on peut mesurer que ce transfo est hautement dangereux : c’est un appel d’air supplémentaire pour des projets éoliens ou méga-solaires nouveaux entre Lévezou, Ouest-Aveyron, Monts de Lacaune, Montagne noire et Lodévois. Un calcul démontre qu’il est conçu pour accueillir la production d’au minimum 400 éoliennes puis l’envoyer en Espagne ou ailleurs.

Une partie des requérants initiaux a donc décidé de faire appel du jugement du TA Toulouse du 29 décembre 2020.

Qu’est-il attendu de cet appel, puisque les travaux ont débuté ?

  •  Obtenir une reconnaissance du bien-fondé de notre recours, qui pourra alors être utilisée dans des recours particuliers, tel qu’Arnac sur Dourdou auquel sont aussi requérants FNE, la LPO, la Fédération des Grands-Causses, et Co-27-XII. 
  • Obtenir une indemnisation, ce qui aurait une portée symbolique forte, en Occitanie et au-delà.

Nous sollicitons votre solidarité pour les soutenir financièrement dans leur démarche. 

L’ association Calelh assurera la collecte de vos dons au nom des requérants et vous pourrez bénéficier d’un reçu ouvrant droit à une déduction d’impôt de 66% de votre don. 

Quel que soit le montant de votre don, il illustrera notre capacité bien connue à faire vivre la solidarité. Nous vous en remercions par avance.

Pour effectuer votre don, cliquez sur le lien suivant : https://www.helloasso.com/associations/calelh-association-pour-la-qualite-de-vie-et-de-l-environnement-en-haut-languedoc/formulaires/1/widget 

Vous pouvez également adresser un chèque à l’ordre de l’association CALELH  (adresse : Association Calelh, C/ JC Fargues Perilhou 81260 Brassac) en précisant dans votre envoi : soutien aux requérants contre DUP Transfo St Victor et en indiquant l’adresse mail à laquelle il vous sera envoyé votre reçu fiscal.

Publié dans Informations diverses | Laisser un commentaire

Toutes les énergies passées aux cribles…

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. Aujourd’hui, débat sur les différents modes d’énergie

Un documentaire équilibré et surprenant :  Xenius – Énergie éolienne, la controverse (Arte)
Considérées par certains comme la source d’énergie du futur, les éoliennes sont honnies par d’autres en raison de leur nuisance sonore et esthétique, ainsi que des risques qu’elles induisent, par exemple pour la faune. Une équipe de cardiologues de Mayence explique l’impact sanitaire des infrasons.

Continuité écologique des cours d’eau : la petite hydroélectricité remporte une manche (Actu Environnement)
Dans la bataille que se livrent les partisans de la petite hydroélectricité et ceux de la restauration écologique des cours d’eau, les premiers viennent de remporter une manche. Par une décision du 15 février 2021, le Conseil d’État a en effet annulé à la demande de plusieurs fédérations (Fédération Électricité autonome française, France Hydro-électricité) l’article 1er du décret du 3 août 2019 relatif à la notion d’obstacle à la continuité écologique des cours d’eau.

Il faut bien différencier les différents types de géothermie (Transitions & Énergies)
La géothermie est une énergie renouvelable négligée en France. Et pourtant, elle est abondante, accessible sur une partie importante du territoire et n’a pas le principal inconvénient du solaire et de l’éolien, l’intermittence. Il ne faudrait pas que les séismes provoqués dans le bassin rhénan par des installations de géothermie profonde mises en place sans suffisamment de précautions ralentissent encore le déploiement de cette source d’énergie qui offre tant d’avantages.

 Énergies renouvelables : à Marseille, découvrez la centrale géothermique marine Thassalia (PositivR)
L’intérêt de la centrale de géothermie marine de Thassalia réside dans sa capacité à produire de manière simultanée du chaud et du froid à grande échelle. Il faut bien comprendre aujourd’hui l’importance croissante des réseaux de froid, qui sont des vecteurs essentiels de la transition vers une économie neutre en carbone, grâce au verdissement et à l’usage optimisée de nos énergies qu’ils permettent.

L’hydrogène, un rêve industriel mais pas écologique (Reporterre)
L’ambition d’un développement massif de la production hydrogène à grand renfort d’argent public fait peser de nombreux risques sur l’environnement, qu’il s’agisse de transport, de délocalisation de la production dans des pays pauvres ou encore du fantasme du stockage du carbone.

Nucléaire ou renouvelables ? le vrai débat (Le Monde Blog Sylvestre Huet)
Rapports mal présentés et rififi chez les économistes. C’est l’actualité du débat récurrent sur la production d’électricité soumise aux impératifs climatiques. Donc décarbonée. Un débat qui pourrait être intéressant s’il était bien posé. Et qui l’est souvent très mal, avec une confusion générale sur les calendriers, les espaces concernés (le monde, la France, l’Europe), les technologies avec leurs capacités de production et leurs coûts, et les ressources naturelles. Les postures anti-ENR et anti-nucléaire ont comme principal résultat d’empêcher les citoyens de saisir les véritables enjeux du débat. C’est dommage. Mais voici quelques clés pour vous y retrouver.

Publié dans Dans la presse | Un commentaire

Le collectif régional a tenu une réunion plénière le 6 février

Près de 20 représentants de 6 départements de notre région se sont réunis le 6 février pour faire le point de la situation. Les promoteurs éoliens – malgré la crise sanitaire que nous traversons poursuivent leur démarchage auprès des communes et des intercommunalités.

Voir ici le compte-rendu de la réunion du collectif

Partout des associations se créent et se battent, parfois victorieusement comme à Puissalicon (34), dans les Hautes Corbières, à Fourques et Caixas (66), mais les combats sont rudes, jamais finis… sur le terrain d’abord, auprès des riverains et des élus, et sur le plan juridique pour des batailles qui durent de longs mois, voire des années…

En plus des centrales d’éoliennes industrielles, ce sont maintenant de grands projets de panneaux photovoltaïques couvrant des dizaines d’hectares de terres agricoles qui suscitent la colère de citoyens à qui on n’a jamais demandé leur avis… panneaux photovoltaïques qui contribuent un peu plus à l’artificialisation des sols…

Le collectif TNE Occitanie Environnement continue à intervenir auprès des instances régionales pour faire valoir d’autres modèles énergétiques : le dépôt du prochain SRADDET (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) sera un moment stratégique puisque nous sommes déterminés à contester le volet énergétique de ce schéma. Les élections régionales seront une occasion de s’adresser aux candidats de toutes les listes pour qu’ils précisent publiquement leur position sur le développement de l’éolien industriel.

Au plan national, l’avenir est sombre, puisque près de 8000 éoliennes sont programmées : ce sont désormais les préfets de Région et donc les DREAL qui, recevant des instructions du pouvoir central, vont élaborer la cartographie des futures implantations. Ainsi la PPE va-t-elle descendre dans les régions et les préfectures avec des ordres pour la faire appliquer et imposer l’éolien aux territoires et aux populations qui n’en veulent pas.

Voir ici le compte-rendu de la réunion du collectif

La ministre Barbara Pompili a repris la main sur l’ensemble du dossier éolien, elle est le soutien et le relais de la filière éolienne : nous maintenons le cap de notre participation aux différents groupes de travail mis en place par le ministère : c’est un travail ingrat et chronophage, mais il est indispensable pour faire entendre la voix des associations et des citoyens, dans un échange vigilant et critique avec les pouvoirs publics.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dans la presse, le point sur les différents projets éoliens en Occitanie

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. Aujourd’hui, le point sur quelques projets régionaux :

Hérault : L’ombre des éoliennes plane sur le vignoble (La Semaine du Minervois)
Un projet de centrale éolienne est en cours sur la commune de Siran (Hérault). En plein coeur du cru La Livinière. Les vignerons y sont fermement opposés.
Le cru La Livinière mobilisé contre un projet de parc éolien au coeur du vignoble (Réussir Vigne)
Le Syndicat du cru La Livinière est pleinement mobilisé contre le projet d’implantation de quatre éoliennes par la société Volkswind France en plein cœur de son territoire. Motif invoqué, les éoliennes dénaturent le paysage et le patrimoine environnemental de l’appellation.
Carcassonne. Le cru la Livinière s’oppose au projet éolien (La Dépêche)
Le cru Minervois est partie prenante dans ce dossier et se donnera tous les moyens pour que ce dossier ne puisse aboutir”. Le président du cru La Livinière Guy Sabarthès va bien entendu dans le même sens en déclarant:” Ce patrimoine constitue notre cadre de vie et notre outil de travail”.

Haute-Garonne : Hers Ariège Environnement nous propose cette vidéo qui est un diaporama pour informer les citoyens sur le projet éolien de Cintegabelle et notamment de son impact sur le paysage environnant.

 Aude : aux Martys, l’inquiétude d’un éleveur face au projet d’implantation de quatre éoliennes (France3 Occitanie)
Le département de l’Aude concentre environ 25 % de la puissance éolienne de la région Occitanie, et de nombreux projets sont encore en développement. Sur le petit village des Martys (300 habitants), à la limite avec le Tarn, l’un d’eux alarme un éleveur local.

La ferme de Camille Lasalle est déjà entourée de plusieurs éoliennes. • © FTV / F. Guibal

Aude : Les éoliennes de Puichéric (Aude) auraient porté atteinte au site du canal du Midi (CRIDUN)
Le projet de parc éolien de Puichéric se trouve dans la zone d’influence paysagère du canal du Midi, à 1,8 km de ce dernier, lequel est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et à moins de 100 mètres de la zone sensible du canal, laquelle exclut les grands équipements comme le démontre la carte de lecture des éléments patrimoniaux bâtis et paysagers de l’étude paysagère.

Aveyron : Calmont (12). Les élus disent non à un projet de parc éolien à Comps-Lagrandville (La Dépêche) 
Lors du conseil municipal du 19 janvier et à la demande de la commune de Comps-Lagrandville concernant l’implantation d’un parc éolien proche de ce village, les élus, après avoir délibéré, se prononcent à l’unanimité contre ce projet.

Lozère : les militants alertent sur l’installation en masse d’éoliennes sur l’Aubrac (Midi Libre) 
Les Robins des bois de la Margeride réagissent à l’appel à candidatures pour produire des énergies renouvelables sur l’Aubrac, lancé par le Parc naturel régional.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Appel à soutien aux inculpé.e.s de l’Amassada

Au moment où la mascarade de la convention citoyenne pour le climat se révèle au grand jour, la justice convoque quelques manifestants choisis au hasard dans la centaine de ceux qui  protestaient ce jour-là contre le projet de méga transformateur de Saint Victor et Melvieu pour leur signifier que force doit rester à la loi… du plus fort, à savoir RTE et le lobby industriel de l’énergie. Le collectif de l’Amassada appelle tous ceux qui pensent une vie différente à les rejoindre pour soutenir les opposants à ces grands projets inutiles. Voici le communiqué de l’Amassada

Le 16 février 2021 seront jugé.e.s en appel 4 opposant.e.s prélevé.e.s parmi une centaine, lors de la manifestation du 12 octobre 2019 contre le projet de mégatransformateur de Saint-Victor et Melvieu, dans le sud Aveyron. Le hameau de l’Amassada qui depuis 5 ans occupait le futur
site, venait d’être expulsé et rasé le 8 octobre 2019. Force était restée à la loi selon le commentaire de la préfète. Il se trouve que cette loi est celle de l’empire industriel de l’énergie qui sous couvert de transition écologique perpétue le massacre…

Lors de la première audience, le 11 mars 2020, nous avions fait une demande en nullité pour de nombreux vices de procédures d’enquêtes et de convocations (grosso modo les gendarmes plaignants se sont auditionnés entre eux). Le tribunal de Rodez a rejeté les demandes en nullité et condamné les prévenu.e.s à 5 à 8 mois de prison avec sursis, assortis de 100 euros d’indemnité pour chacun des gendarmes au titre de préjudice moral. Par contre le tribunal a débouté RTE (Réseau de transport d’électricité) pour sa demande de préjudice matériel.

La séquence en cours (Covid) a rendu aveuglant le diagnostic de la mise à sac du monde, la marchandisation du vivant, et son contrôle par la logique sécuritaire. Gestion des flux partout, chez Amazon comme en Amazonie, dans l’agroalimentaire comme à l’hôpital, dans la 5G comme à l’Ehpad, chez spaceX comme chez Renault. Évaluation et contrôle partout, Big Brother…

Devant le tribunal de Rodez

L’Amassada considère que son existence même et ses actions s’inscrivent dans un « état de nécessité ». Nécessité de dénoncer la mascarade de la transition écologique comme elle est imaginée par les seuls intérêts financiers et industriels. Nécessité de dénoncer leurs troupes
policières, administratives et politiques. Nécessité de s’interposer quand les machines de destruction se mettent en marche. 

Le 16 février 2021 nous ferons encore valoir la nécessité d’agir et de dénoncer le système industriel de l’énergie et ses soutiens politiques, policiers et judiciaires. 
Est-il besoin de rappeler les nombreuses condamnations du gouvernement concernant les engagements écologiques et ses dérives sécuritaires. 

Nous appelons toutes les personnes présentes à Montpellier ou qui
viendraient à s’y trouver, à se rejoindre devant le tribunal (1 rue
Foch), le 16 février 2021 à 13h00. 

Au programme : chants, couleurs, discussions, échanges, paillettes pour partager un moment convivial, et affirmer ensemble notre soutien aux personnes jugées.

Venez déguisé.e.s : C’est CARNAVAL !

L’Amassada

Publié dans Communiqués de TNE-OE, Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Nous avons rencontré la DREAL Occitanie…

Le 1er février 2021 à Montpellier, 4 membres du collectif TNE Occitanie Environnement ont rencontré une délégation de la DREAL Occitanie conduite par Sébastien Forest directeur-adjoint.  L’objectif était de faire le point sur le développement éolien dans la région, en particulier la saturation d’un certain nombre de territoires occitans et les menaces sur la biodiversité, les conditions du repowering, le respect des plafonds dans les PNR.

Voir ici le compte-rendu partagé que nous avons rédigé

Après une présentation de la carte décrivant la saturation de l’Occitanie par les éoliennes terrestres :trois points sont abordés : menaces sur la biodiversité, repowering, et les plafonds du PNRHL.

1/ biodiversité, rôle du CNPN, et cartographie éolienne :

TNE rappelle que l’Occitanie est la région où les centrales ont été implantées le plus en contradiction avec les contraintes à la fois multiples (oiseaux nicheurs, couloirs de migration, espèces particulièrement protégées etc.) et fortes en matière de biodiversité, une situation unique en France source Ademe :

La DREAL reconnaît que c’est le fruit de l’histoire et qu’aujourd’hui certaines de ces centrales ne pourraient plus être installées dans ces endroits. L’Occitanie représente 65% des dossiers présentés au CNPN, et la DREAL mène un plan d’actions pour imposer des mesures correctrices aux parcs en activité pour tenir compte de ces contraintes et des avis du CNPN : il est prévu 26 contrôles dédiés en 2021, ainsi qu’une mise à niveau des systèmes de réduction d’impact sur une cinquantaine de centrales. Et un renforcement des suivis environnementaux, afin de les rendre plus fréquents et plus rigoureux.

TNE donne acte de ce plan d’actions, tout en constatant que les contrôles sont tardifs, non communiqués dans les délais, trop espacés dans le temps, et décalés par rapport aux enjeux réels (ex. de la centrale du Sambrès faisant apparaître une diminution de la mortalité, possiblement en raison de l’hécatombe des premières années.

La DREAL note avec intérêt la demande de TNE que, au-delà du minimum prévu par l’arrêté du 22.06.2020, ce souci de renforcer les suivis se matérialise par un suivi dès la 1ère année et tous les 3 ans ensuite.

Cartographie : Une circulaire demandera aux préfets de région et aux DREAL de cartographier les « zones propices » en relation avec une déclinaison des objectifs chiffrés de la PPE au niveau régional puis au niveau subrégional (EPCI). 

Tout en exprimant la crainte que cette volonté féroce du ministère de décliner les objectifs de la PPE ne conduise à densifier les secteurs déjà saturés voire à programmer un nombre de mâts par EPCI, TNE prend note de la proposition que la DREAL Occitanie fera au Préfet de Région d’organiser une concertation qui inclura le tissu associatif, à quoi TNE ajoute les conseils départementaux, en charge de l’attractivité économique et du tourisme.

La DREAL n’est pas favorable à un moratoire par principe sur ces zones sensibles, mais s’engage à veiller aux enjeux de biodiversité et aux espèces sensibles à l’éolien, qui  font partie du paysage, mention que la DREAL note. TNE prend acte du souci de vigilance exprimé quant à la protection de la biodiversité et des paysages.

L’entretien fait apparaître la nécessité de veiller à la préservation des zones Natura 2000 mais aussi des zones humides, qui ne devraient jamais être investies par des éoliennes, ex. ci-dessous et quelques autres pour lesquelles des dossiers seront envoyés à la DREAL :

De même, TNE demande qu’il soit travaillé à la création d’aires d’influence paysagères larges pour protéger notamment les biens Unesco au-delà des seules zone cœur et zone tampon (Causses et Cévennes, Canal du midi, et Pont du Gard), ainsi que les zones relevant de la Loi Montagne où ne devrait pas être compatible quand aucune nécessité technique impérative ne l’impose.

2/ Le repowering

TNE décrit les difficultés d’accès aux documents appelés « Porté-à-Connaissance » et les dangers d’une procédure pouvant (1) déboucher sur  le risque que le porteur de projet décide lui-même du caractère non substantiel de son projet (2) ne permettant pas aux riverains de faire valoir la réalité du caractère substantiel du projet. Sur le premier point il sera recherché une solution.

TNE rappelle au passage l’opportunité qu’il y aurait à ne pas repowerer les éoliennes du Mont Tauch, emblème des Corbières, tous responsables admettant que ce fut une erreur que de les implanter à cet endroit.  Il est également évoqué une décision de sagesse prise sur le Lévezou : ne pas repowerer les projets amenant une réhausse des hauteurs ou mettant en évidence une élévation du niveau des nuisances sonores. 

3/ Le PNR-HL et ses plafonds :

La réunion n’a pas permis de déboucher sur une solution concrète à la problématique du respect du plafond des 300 mâts existant dans la Charte en vigueur du PNRHL, en cours de révision.

La DREAL souligne que les PNR les plus récents (Aubrac, Corbières-Fenouillèdes) ont pris des options très précises dans leurs Chartes afin de maîtriser l’éolien : au vu des enjeux pour la biodiversité elle laisse entendre que pour les PNR les plus anciens elle renforcera ses exigences en lien avec les élus.

4/ enquêtes publiques à venir :

SRADDET : l’enquête publique n’est toujours pas lancée..

S3REnR : La DREAL n’avait pas au jour de la réunion d’informations actualisées.

Si TNE a ressenti une écoute, le collectif déplore cependant que la DREAL ne soit  pas prête à faire valoir en haut lieu les spécificités de nos pays d’Occitanie en matière de biodiversité, des spécificités notoires et reconnues y compris par l’ADEME,  et qu’elle appliquera les instructions du pouvoir central. La DREAL  s’engage cependant à faire en sorte de protéger l’environnement tant au niveau de la cartographie que des suivis : TNE en prend acte.

Publié dans Communiqués de TNE-OE | Laisser un commentaire

Quelques échos dans la presse (des bons, des moins bons..)

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. En voici quelques extraits:

Sousceyrac (Lot). À Comiac, c’est la fin du projet éolien (La Dépêche)
Très bonne nouvelle : le projet d’installation d’éoliennes sur le territoire de l’ancienne commune de Comiac ne sera pas réalisé. L’an dernier, la préfecture a rendu un arrêté s’opposant à ce projet. Le délai de recours de deux mois est terminé.

Nailloux (Haute-Garonne)

Près de Nailloux (Haute Garonne). Deux projets d’extension du parc éolien de Calmont, Aignes et Gibel se dessinent. (Actu-Voix du Midi)
Deux entreprises projettent d’implanter de nouvelles éoliennes à Calmont et Aignes. Si la municipalité de Calmont y semble favorable, ce n’est pas le cas d’Aignes et ses habitants.

Projet éolien : Le Cru La Livinière (Hérault) en résistance (Hérault Tribune)
Depuis quelques mois, un vent d’inquiétude et de colère souffle sur le terroir du Cru La Livinière apprenant l’existence d’un projet éolien au cœur de sa zone viticole. Le Cru entend bien défendre son terroir et affirmer son opposition à ce projet.

Éoliennes : les élus de Naucelle (Aveyron) se mobilisent (La Dépêche)
 Quoique peu venté, le Ségala subit depuis quelques années une prospection offensive des promoteurs éoliens pour implanter des usines éoliennes. À Naucelle, les promoteurs éoliens se sont heurtés à une très forte opposition des élus, des acteurs locaux et de la population.

Aude : quand les grands rapaces tempèrent la folie des grandeurs des promoteurs éoliens (L’Indépendant) En moins de 10 jours, un arrêt de la cour administrative d’appel qui renvoie dans les cordes un projet de neuf éoliennes à Fitou, et un arrêté préfectoral rejetant une demande d’autorisation pour un parc de 26 machines en Hautes-Corbières.

La Cour Administrative d’Appel de Marseille refuse à l’entreprise RAZ Energie 5 l’autorisation d’exploiter 4 éoliennes à Puicheric (Aude).
Très bonne nouvelle ! “Ce projet porte atteinte au paysage du canal du Midi en rompant l’ambiance paysagère de la vallée de l’Aude entre le canal et l’Alaric et réciproquement et crée un point d’appel prégnant en concurrence avec les structures paysagères en place sur le territoire, hors d’échelle par rapport aux motifs locaux et aux ambiances rurales à préserver”. 

Publié dans Dans la presse | Laisser un commentaire

Pas d’éolien, harmonieux ou pas….

La FED (Fédération Environnement Durable) nous alerte : une proposition de loi ci-jointe a été déposée par le groupe socialiste à l’Assemblée nationale sur le “développement harmonieux de l’éolien”. “Il faut la combattre par tous les moyens”.

Qui pourrait être pour la destruction harmonieuse des paysages…, la destruction harmonieuse du patrimoine culturel…, la destruction harmonieuse de la biodiversité…, celle harmonieuse de la santé des gens, la destruction harmonieuse de notre électricité bon marché…, de notre système de production électrique…, la destruction harmonieuse du droit français…, la destruction harmonieuse du bon sens ?

Jean-Louis Butré (FED)

Nous pouvons agir en contactant le député de notre circonscription en lui disant ce que  nous pensons de cette proposition de loi !

Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Les associations dénoncent les reculs du gouvernement et l’appellent à ouvrir une discussion sérieuse

Dans une précédente édition nous vous disions notre espoir de nous faire entendre. Nous n’avons pas pour habitude de personnaliser nos critiques, estimant qu’il faut toujours juger les actes plutôt que les personnes. Mais cette fois, à l’évidence la nouvelle ministre, Barbara Pompili, a donné des instructions à ses services pour durcir l’application coûte que coûte du décret PPE de sa prédécesseur.e.

En clair, les opérateurs ont eu tout ce qu’ils voulaient, et les associations ont été strictement non écoutées : le  ministère s’est montré en connivence avec les opérateurs, et en éloignement absolu des perspectives ouvertes par Mme Wargon en août 2019 à Rullac (Aveyron).

Que faut-il retenir ?

1. la direction énergie est inféodée à FEE et SER :

Elle ne s’en rend plus compte tant elle est animée par un seul objectif : réaliser les objectifs éoliens du décret PPE. Notre ami Bruno Ladsous qui participait à la réunion a marqué dans son intervention combien les interpellations “Sophie par ci, Jean-Louis par là” marquaient une proximité qui n’était pas acceptable. Les intéressé.es n’ont pas aimé, au moins aura-ce été dit.

Il a également rappelé combien étaient regrettables les Infox délibérément fournies par la ministre au Président de la République, ainsi de ces fort improbables “15 Mt de CO² évitées en 2019 grâce à l’éolien”, avec pour réponse : “écoutez, nous avons pris les calculs de RTE, contestez-vous les chiffres de RTE ?”  “Mais oui, Madame la directrice, nous contestons ce chiffre.”

2. les associations ont été amenées à réagir dans les termes suivants :

  • Ce GT éolien est l’histoire d’une occasion manquée, une chance de perdue : vous aviez la chance d’avoir des associatifs du patrimoine et des riverains, des gens vous faisant des propositions, il fallait les écouter.
  • Le cœur de cible de ce GT éolien, c’était l’acceptabilité (réf. Wargon/ Borne 2019, Macron 14 janvier 2020 à Pau). Vous avez malheureusement transformé cet objectif de travailler l’acceptation en un autre objectif : libérer des territoires aux opérateurs et inventer des procédures dirigées sur le seul objectif de faire du chiffre.

D’autant plus regrettable que l’éolien ne réduisait pas les émissions de CO² bien au contraire.

  •  19 projets et propositions n’ont pas été traités, et certains projets positifs ont en outre été détournés, ainsi de la cartographie des enjeux soudainement passée sous la responsabilité du préfet de région alors qu’il était convenu que ce serait piloté par le préfet de département.
  • Au bout du compte, il y a dans ces décisions du 8 décembre tout pour les opérateurs, et strictement rien pour les riverains et les associations. 

Cette réunion-ci ne peut donc pas être conclusive. Vous ne mesurez pas assez le rejet total et croissant de la population de ces projets. Ni leur impact sur la biodiversité et l’environnement. Il vous faut donc repartir sur de nouvelles bases et ouvrir une discussion pleine et sincère sur les 19 sujets que vous avez écartés. 

La directrice, un peu embarrassée, n’a pas répondu, bien que certains participants notamment la LPO, aient fortement abondé sur deux points majeurs : pas de cartographie au niveau du préfet de région sous la férule de la ministre, et nécessité de reprendre la discussion sur de nouvelles bases.

La filière a alors fait semblant – ça se voyait – de se fâcher sur un sujet : le correctif envisagé par la DGEC sur la densité éolienne, calculé en nombre de mâts/ km² dans un rayon de 5 km autour du parc. Un correctif qui ne répond nullement aux demandes de nombreux élus régionaux et départementaux (y compris le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales).

Le plus grave est ici : un projet d’introduire dans le projet de loi “Climat et résilience” une déclinaison régionale des objectifs chiffrés de la PPE, sur la base des zones propices que les préfets de région auront «proposé » à la ministre. 

Extrait du diaporama du ministère :

La combinaison de ces deux diapos constitue un retour en arrière (il avait été acté que l’élaboration des cartographies serait assurée au niveau du préfet de département) et un passage en force pour imposer des quotas dans les territoires jusqu’au niveau intercommunal, ce qui ne peut qu’aboutir à exacerber les résistances. Le ministère fournit ainsi aux préfets de région et à leurs DREAL une tenaille qu’ils n’avaient pas, donnant à la PPE qui n’était pas opposable en tant que telle une dimension prescriptive qu’elle n’avait pas vraiment jusqu’ici.

3. les associations, rejointes par les VMF (Vieilles maisons françaises, 20 000 adhérents)  ont publié un communiqué dénonçant les projets du gouvernement :

  • D’une manière générale son refus d’entendre les populations
  • Qu’il ait écarté les 19 projets présentés par les associations
  • Ce nouveau projet de quotas éoliens dans les territoires

Leur appel à reprendre les discussions, cette fois sérieusement, sera-t-il enfin entendu ?
À ne pas écouter le peuple, le gouvernement et la ministre prennent des risques immenses.

Publié dans Informations diverses | Laisser un commentaire