165 associations dénoncent l’invasion éolienne et la complicité des pouvoirs publics et régionaux en Nouvelle Aquitaine

Dans toutes les régions françaises, la résistance s’organise contre le développement anarchique des centrales éoliennes industrielles. Les associations de la Nouvelle Aquitaine ciblent le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) voté par leur conseil régional et approuvé le 27 mars 2020 par la préfète de région.

Leur communiqué de presse précise que 1600 éoliennes doivent s’ajouter aux 671 déjà existantes. Pour y faire face, une association de chacun des 11 département attaque le SRADDET devant le Tribunal administratif de Bordeaux, parce qu’il avalise la multiplication par 2,5 de la puissance éolienne terrestre en 10 ans.

Leur combat nous importe : nous suivrons avec intérêt leur conférence de presse Mardi 7 juillet 2020 à 11 heures au Club de la Presse de Bordeaux, 9 rue des Capérans. Nous pourrons la suivre en visioconférence :  https://us02web.zoom.us/j/83478224506 Meeting ID: 834 7822 4506

La démarche des associations aquitaines nous interpelle : elle pose la question de l’existence d’un véritable service public de l’énergie capable d’anticiper les besoins énergétiques du pays, d’associer les citoyens aux choix des modes de production en fonction des ressources et des capacités de chaque territoire.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Aude, « Vent Mauvais » à l’offensive…

Avec 12 associations de défense de l’environnement et du patrimoine,  Stéphane Bern a co-signé une lettre au président Macron le 18 juin demandant l’arrêt de l’implantation d’éoliennes sur le territoire. 

Comme l’écrit Pierre Adroit dans la Dépêche du 30 juin 2020, « S’il est un secteur hypersensible, c’est celui de la Montagne Noire.

Dans ce coin jusqu’alors fort paisible, une centaine de ces moulins à vent géants ont élu domicile sur les quelque 266 du département à ce jour. Une quarantaine de plus sont en projet à travers sept centrales en Montagne Noire. »

L’association « Vent mauvais » – membre actif du collectif Toutes nos Énergies – Occitanie Environnement, se bat depuis de nombreuses années en vue de dénoncer cette politique d’implantation et de densification massive des éoliennes, d’en stopper la construction voire d’en demander la destruction. 

Au lieu-dit La Braquette (sur les communes de Pradelles-Cabardès et Cabrespine), l’association a engagé des actions en justice contre la construction de 6 éoliennes supplémentaires et le remplacement des 16 éoliennes existantes par 8 machines d’une puissance triple mais de 210 m de haut au lieu de 100 m. 

Près de la source du Teil (commune de Roquefère), 26 éoliennes s’y dressent depuis 2016. Une demande de destruction des éoliennes et de remise en état des terrains vient d’être adressée à la préfète par l’avocat de l’association, concernant trois de ces éoliennes situées dans le périmètre de protection rapprochée du captage, où toute construction est interdite. 

Plusieurs projets à l’instruction sont vivement contestés par Patrice Lucchini, le président de Vent Mauvais. Celui du Bois de l’Aiguille (commune de Cuxac-Cabardès) : trois éoliennes de 150 m à Cuxac-Cabardès et une de la même hauteur à Caudebronde ; celui des Martys, construction de quatre éoliennes de 125 m de haut. Ce projet nécessiterait la modification du PLU de la commune car la zone est classée en zone naturelle. Sur ce même secteur, un second projet privé de deux éoliennes a moins de chance d’être réalisé. 

« Vent Mauvais » organise sa journée de sensibilisation le 6 septembre à la ferme des Moussels, en face de la centrale du Sambrès.
Le collectif TNE-Occitanie Environnement y sera, et invite toutes celles et tous ceux qui le peuvent à y participer.

Publié dans Dans la presse | Laisser un commentaire

Montagne Noire : une menace supplémentaire

La Montagne Noire est défigurée par plusieurs centrales d’éoliennes industrielles. Elle doit être préservée d’une nouvelle menace : un projet de parc photovoltaïque de 6,8 ha est sur le point de voir le jour sur un site mythique du Vol à Voile en France, L’aérodrome de la Montagne Noire, près de Revel (Haute-Garonne).

Outre l’emprise de ces installations sur le site, à proximité de certains bâtiments inscrits à l’inventaire des monuments historiques (classés), et sur l’ancienne piste de treuillage (elle aussi inscrite), c’est également le site de Vol de Pente d’Aéromodélisme qui va disparaître : il y aura des panneaux sur la zone d’atterrissage ! Cette pente est ouverte à tout membre licencié, et ce depuis des décennies, grâce aux bénévoles du Model Club de Revel, des clubs voisins et de tous les pilotes qui viennent y faire voler leur planeur.

Cet espace vert naturel, et ouvert au public, ne sera plus accessible.

Ce projet a été déposé en mairie, et l’enquête publique va débuter très prochainement. Il implique des dégâts environnementaux sur la plateforme de la Montagne Noire, où cohabitent depuis plusieurs années des associations, et nécessite de lourds travaux, comme par exemple le tirage d’une ligne électrique haute-tension depuis la commune de Revel, sur environ 9km.

Le Model Club de Revel soutient les projets visant à promouvoir la transition énergétique, mais uniquement quand ces projets sont fait de manière responsable, en respectant l’environnement.

Comme le précise l’association « Biodiversité Revel 31250 » des alternatives existent, sur les terrains vacants de la zone industrielle, sur les toitures des bâtiments industriels et commerciaux, sur celles du futur EHPAD ou d’un projet d’habitat collectif. Consultez la lettre écrite au commissaire enquêteur.

Le collectif TNE-Occitanie Environnement partage ces préoccupations et vous invite à signer la pétition et à participer à l’enquête publique.


Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

Alerte aux nuisances visuelles – de jour et de nuit – dans les massifs de l’Escandorgue

© MVM

Le Collectif pour la Protection des Paysages et de la Biodiversité 34-12 a adressé le 26 juin 2020 un signalement à la FNE (Fédération Nature et Environnement).

Il concerne les nuisances visuelles, diurnes et nocturnes, causées par 80 éoliennes industrielles qui couvrent le Nord Ouest de Lodève.

Le Plo de Cambre © MVM

Cette pollution visuelle tous azimuts à 360° est inacceptable, en particulier sur les massifs de l’Escandorgue et les Monts d’Orb. Si la pollution des villes est un problème, celle des éoliennes en milieu rural est une calamité qui détruit les nuits étoilées et crée des nuisances aux humains mais aussi aux animaux dans des sites jusqu’alors indemnes d’artificialisation.

Ces feux sont à éclats synchronisés et permanents et leur visibilité est très forte.
La lumière attire les oiseaux nocturnes et les chauve-souris, ce qui crée un risque de collision supplémentaire.

Vue générale vers l’Ouest © MVM

Un arrêté du 23 avril 2018 permettrait de réduire le nombre des flashs en en installant qu’aux extrémités des centrales d’aérogénérateurs (donc 2 par centrale). Ce qui n’est pas du tout effectif sur l’Escandorgue.

Le collectif demande donc à la FNE d’intervenir pour imposer l’application de l’arrêté, imposer aux promoteurs éoliens de limiter le nombre de leurs flashs posés sur chaque éolienne (du sud au Nord : EnR BW -groupe VALECO, ENGIE-ex-Compagnie du vent , EDF Energies Nouvelles, VALOREM.)

Publié dans Non classé | Un commentaire

L’intercommunalité de Lézignan-Corbières refuse le PNR Corbières-Fenouillèdes

Certains élus des petites communes des Hautes-Corbières ont voté contre la charte du PNR Corbières-Fenouillèdes, pour préserver leur chance d’implanter sur leur commune des centrales éoliennes industrielles. L’article de l’indépendant (ici en PDF) en rend compte.

EdF-EN a promis à toutes ces communes monts et merveilles… et l’aveuglement des élus fait le reste. Privilégier quelques ressources financières dans le court terme, au détriment de la préservation de la qualité de vie et de l’attractivité des territoires…

Les Corbières, Peyrepertuse et le Mont Tauch

Même si les parcs naturels régionaux ont leurs limites,  leur ambition est bien de « protéger et valoriser le patrimoine naturel, culturel et humain, en mettant en œuvre une politique d’aménagement et de développement économique, social et culturel, respectueuse de l’environnement, avec un volet d’éducation et de sensibilisation du public« . 

Par un vote serré, l’intercommunalité de LézignanCorbières (28 pour, 32 contre, 10 blancs, 2 abstentions et 1 nul) refuse d’intégrer le PNR. Pour Hervé Baro, président du syndicat de préfiguration du PNR,  » l’Intercommunalité se prive ainsi d’un territoire, qui aurait pu lui être utile dans la construction de ses politiques environnementales ». 

Si l’avenir du PNR Corbières Fenouillède n’est pas remis en question, ce refus montre l’influence des opérateurs éoliens et des élus « à leur botte » pour favoriser l’industrialisation des territoires ruraux sans considération pour leurs habitants, la biodiversité et la qualité du patrimoine paysager et culturel.

Publié dans Non classé | Un commentaire

Pour réfléchir à l’avenir (3)

France Stratégie publie des analyses de fond, et des études de prospective à moyen et long termes pour contribuer à la décision publique et à l’information de l’opinion. Elle a ouvert un espace contributif qui vise à faire émerger des pistes, des principes d’un modèle d’action publique pou la France après la crise, en intégrant une vision de long terme.

Bruno Ladsous (ladsousbruno@gmail.com) co-secrétaire du collectif TNE-Occitanie Environnement a participé à cette réflexion. Voici en quatre épisodes les quatre parties de sa contribution.
1. Quelles interactions humains-nature, mondialisation et pandémies.
2. Quelles attentes à l’égard de la puissance publique face aux risques ?
3. Quel modèle social pour « faire avec » nos vulnérabilités ?
4. Quelle voie pour une économie soutenable ?

3. Quel modèle social pour « faire avec » nos vulnérabilités ?

La crise que nous venons de vivre a démontré que notre système de couverture sociale des risques a été bien pensé et que notre système de santé a de bons fondamentaux techniques et humains, bien qu’il ait été chahuté cette fois en raison d’erreurs manifestes de gestion prévisionnelle et d’un manque de pilotage réactif par nos dirigeants.
=> proposition : conforter les services publics concourant à la santé, y compris en matière de prévention et renoncer aux projets funestes qui à la veille de l’épidémie en réduisaient les moyens et les missions.

La crise a également démontré que notre modèle social est aussi fait de ces petits riens qui font la qualité d’une société humaine : la reconnaissance des petits métiers, l’attention portée aux oubliés du système, la multiplication des gestes de solidarité, les pratiques de sobriété, l’implication du monde associatif, sans oublier les premières propositions apparues aux fins de préparer « le jour d‘après » (en veillant à se prémunir des arrière-pensées idéologiques, politiciennes ou financières déjà évoquées). 
=> proposition : capitaliser sur ces constats et flécher les moyens nécessaires à tous ces acteurs qui contribuent efficacement au maintien de la société et qui, ces dernières années étaient réputés, à tort, ne rien rapporter.

Continuer la lecture
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La Convention citoyenne privilégie la sobriété énergétique…

Le Collectif TNE Occitanie-Environement a pris connaissance des 150 propositions soumises au gouvernement par la convention citoyenne sur le climat. 

Il note que le problème des émissions de gaz effet de serre (GES) a été pris à l’endroit. Les citoyens ont compris que l’énergie la moins polluante est celle que l’on ne dépense pas et ils se sont donc attachés à imaginer des solutions d’économie et non, comme certains, à promouvoir la production d’ énergies dîtes propres ou renouvelables.

Il est logique de commencer par limiter au maximum les gaspillages avant de faire la course à la production de Mégawatts/heures en multipliant les sites industriels de production d’électricité en milieu rural. Cette électricité produite depuis 30 ans par les éoliennes industrielles ne fait que s’ajouter à celle déjà produite par les centrales thermique ou nucléaire, sans les remplacer.

Évaluons les véritables besoins, réfléchissons aux possibilités techniques de production/consommation/stockage décentralisées. Il sera temps ensuite que les citoyens choisissent  les techniques les mieux adaptées aux capacités et aux besoins des territoires. L’intérêt général doit primer sur les intérêts des grands groupes privés de l’énergie.

Publié dans Communiqués de TNE-OE | Laisser un commentaire

Mais alors… le transfo de St Victor et Malvieux ? Il ne va servir à rien ….

M Patrick Bernié sous-préfet de Millau a organisé à Rodez le 3 décembre 2019 une réunion pour tenter d’aboutir à « une vision globale de l’éolien sur notre territoire ». Il tenait à répondre aux interrogations de Robert Citton (membre du collectif 27-XII qui regroupe les associations aveyronnaises de défense de l’environnement) à propos d’ un certain nombre d’erreurs, d’approximations et d’incohérences du dispositif général de production, transformation, transport de l’électricité dans le secteur Aveyron-Hérault-Tarn.

Nous rendons public le compte-rendu de cette rencontre (ici en PDF) et nous en proposons un extrait particulièrement significatif.

Quelques précisions pour bien comprendre les enjeux de ce dialogue : les opérateurs éoliens (représentés par le SER – syndicat des énergies renouvelables), négocient une proposition technique et financière de raccordement (PTF) avec RTE, chargé de construire les infrastructure de transport de transport d’électricité haute tension.

RTE soumet au ministère de l’énergie et à la DREAL (directions régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), un dossier de justification technico-économique (JTE) qui développe les avantages et inconvénients de chaque solution étudiée et présente son choix. Ce dossier de présentation servira de support à la concertation qui sera alors engagée.

Ce que révèle cette scène, c’est que les opérateurs ont intentionnellement exagéré leurs prévisions de production, que RTE (pour la haute tension) et ENEDIS (pour la moyenne et basse tension) ont bâti des scénarios qui surestiment largement les besoins de raccordement. Ces objectifs ont été entérinés par le préfet de région et la présidente de région dans le SRCAE [schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie].
La planification du développement du réseau électrique ne se fait pas en fonction des besoins réels, mais en fonction des demandes (et des intérêts) des opérateurs.

RC [Robert Citton, collectif 27-XII] : En 2009 vous déclariez 330 MW installés et évacués dans la zone d’influence [du poste de transformation électrique Sud Aveyron] et 660 MW en file d’attente. Les opérateurs font croire qu’ils vont développer et vont jusqu’à payer la PTF [proposition technique et financière de raccordement] mais ne construisent pas nécessairement. Ceci fait partie des mensonges du SER [syndicat des énergies renouvelables] qui prétend implanter 2300MW lors que le SRCAE [schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie] ne prévoit que 1600MW et qu’en 2018 35% seulement sont installés, soit 560MW pour tout MP [Midi Pyrénées], seulement 157 MW installés de 2013 à 2018. Et RTE planifie sur les dires des opérateurs !

RTE : on s’adapte

DREAL : « si les projets n’arrivent pas les infrastructures ne se font pas ».

RC : écrivez-le, car PSA [poste de transformation électrique Sud Aveyron à St Victor et Malvieux] se fait quand même alors que les projets n’arrivent pas. Les opérateurs éoliens annoncent qu’ils vont créer des parcs éoliens, et leurs annexes, payent même la PTF [proposition technique et financière de raccordement], sont inscrits dans les files d’attente, puis abandonnent le projet : ex Valeco éon  à St Eulalie.

ENEDIS : c’est normal, l’opérateur peut sortir de la file d’attente.

RC : Dans le JTE [dossier de Justification technico-économique] de 2009 pour le PSA vous annoncez installer 660MW en 2011, puis 1300MW en 2014, puis 2000MW en 2020. Ces chiffres sont basés sur les ZDE [zone de développement éolien], sur les parcs éoliens en file d’attente. Pour le S3EnR [Schéma Régional de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables], lors de la  consultation, la région prévoyait 1600MW éoliens, tandis que le SER lui, annonçait avoir 2300MW  à installer. Là qui dit vrai ? Qui ment ? Et depuis combien a t’il été réellement installés ? Fort peu ! Vous voyez le problème?

RTE : les projets évoluent, c’est normal, nous nous adaptons.

RC …il n’y a que 221 MW éoliens installés dans la ZI du PSA- et 650 à 700 MW de capacité d’accueil. D’où il ressort que RTE peut encore installer 429 MW sans construire le PSA. Bien sûr, RTE veut construire le poste de transformation Causse-Dourdou, et donc, vu la géographie des lieux, le relier au PSA. Il reste 429 MW que RTE peut évacuer sans contrainte sur le réseau. Aussi, nous avons besoin que RTE nous dise pourquoi il veut construire le PSA. Car voici les chiffres réels, en 2018. Vous annonciez 1300 MW en 2014 ! et on en est à 221 MW en 2018 ! RTE fait donc erreur, ou alors expliquez, corrigez svp. RTE nous affirme être sérieux, fiable, prendre en compte « les coûts échoués », mais le PSA est un coût très échoué.

Démonstration est faite que le transformateur de Saint Victor et Malvieux n’était pas nécessaire !

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Pour réfléchir à l’avenir… (2)

France Stratégie est une institution autonome placée auprès du Premier ministre qui publie des analyses de fond, et des études de prospective à moyen et long termes pour contribuer à la décision publique et à l’information de l’opinion. Elle a ouvert un espace contributif où les opinions et les propositions pour préparer la sortie de crise pourront se confronter, être discutées, et s’enrichir mutuellement. Cet espace vise à faire émerger des pistes, des principes d’un modèle d’action publique pour la France après la crise, en intégrant une vision de long terme.

Bruno Ladsous (ladsousbruno@gmail.com) co-secrétaire du collectif TNE-Occitanie Environnement a participé à cette réflexion. Voici en quatre épisodes les quatre parties de sa contribution.
1. Quelles interactions humains-nature, mondialisation et pandémies.
2. Quelles attentes à l’égard de la puissance publique face aux risques ?
3. Quel modèle social pour « faire avec » nos vulnérabilités ?
4. Quelle voie pour une économie soutenable ?

2) Quelles attentes à l’égard de la puissance publique face aux risques ?

Cette crise aura révélé le manque d’humilité de ceux qui nous gouvernent (ils ont toujours tout su, tout bien préparé et bien géré la crise), leur impudeur (mises en scène et shows dramatiques qui font oublier les victimes résultant d’une impréparation non reconnue), sans parler de leur position constante de « hors-sol social » (exemple, telle ministre refusant le port du masque aux éboueurs). 
Tout ceci révèle dans nos classes dirigeantes trois insuffisances consternantes : 

  • Absence de capacité à reconnaître leurs erreurs : le sens de la responsabilité
  • Absence de maîtrise des fondamentaux du management des risques et incapacité à mobiliser les compétences appropriées pour susciter les meilleures décisions. 
  • Absence de vision politique globale : les dirigeants segmentent les informations qui leur parviennent, sans approche holistique, et gouvernent sur les seuls sujets éclairés à l’instant T par les médias et par les baromètres d’opinion : la « comm » et le verbe ont remplacé la politique.

Rien d’essentiel ne vient compenser ce tableau négatif :

Continuer la lecture
Publié dans Informations diverses | Laisser un commentaire

Délibéré le 8 juillet 2020, pour les 4 inculpé.e.s de L’Amassada

Près d’une centaine de personnes ont pu répondre à l’appel à la mobilisation devant le tribunal, dont des membres du collectif de Saint Victor-et-Melvieu et de TNE-OE, des adhérents de la Confédération Paysanne et des Gilets Jaunes. 

Centre Presse le 11 juin 2020

Un article très intéressant de Grégoire Souchay dans Reporterre du 11 juin.

Rodez, le 10 juin : Une assistance assez importante compte tenu du fait que ce procès qui devait être reporté selon le tribunal lui-même a finalement était maintenu au tout dernier moment. On pourrait voir là, si on avait mauvais esprit, une belle tactique pour limiter le nombre de manifestants.

Rodez 10/06/20
© Pougnet/Solans

En face autant de gendarmes qui empêchaient même l’accès à la placette située devant le tribunal, qui, pourtant en mars (lors du premier procès) nous était ouverte. Le monde d’après ce jour-là, nous a semblé pire que celui d’avant !

Le procès s’est déroulé à huis clos pour cause d’épidémie. Selon les échos à la sortie de l’audience les juges ont été assez attentifs aux arguments de la défense ce qui ne présage en rien de leur décision mais c’est quand même mieux ainsi.

Le parquet, lui, n’a pas fait dans la dentelle demandant la même peine pour les quatre prévenus soit huit mois de prison avec sursis. Une conception assez originale de l’individuation des peines.

En marge de cette affaire, la Confédération paysanne a appelé à une manifestation samedi 13 juin, dans plusieurs villes de l’Aveyron dont Millau, pour protester contre une nouvelle mesure répressive de l’Etat : photographier les manifestants et leur adresser des contraventions pour rassemblement de plus de 10 personnes. Plusieurs dizaines de personnes ayant participé à des manifs la semaine dernière ont ainsi été verbalisées.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire