Mercato (billet d’humeur)

Le jeu des chaises musicales se poursuit avec la dernière énergie.

Nous avions eu le député Brottes, misérable auteur de la distance des 500 mètres, remercié et donc devenu président de RTE par la grâce présidentielle, puis le directeur de l’Ademe passé président du syndicat des énergies renouvelables (SER).

Le mercato se confirme avec aujourd’hui la déléguée générale de la FEE (France Énergie Éolienne) passant à RTE avec armes et bagages, elle-même remplacée par le directeur de l’Ademe Ile-de-France, pressé de chausser les pantoufles de ce poste sans doute gratifiant à plus d’un égard. 

Petit monde et entre-soi sans vergogne des vrais dirigeants de la politique sectorielle de l’énergie. Tout de même on s’interroge : à quand un passage d’un haut fonctionnaire de la DGEC chez tel opérateur, en remerciement de ses bons et loyaux services ? 

Le recyclage de ses cadres serait-il la compétence essentielle de l’Ademe ?

Bruno Ladsous ladsousbruno@gmail.com 

Publié dans Informations diverses | 3 commentaires

Pour protéger le vautour moine

Dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité, la France consacre un effort particulier à la préservation des espèces les plus menacées présentes sur son territoire, par le moyen de PNA (plan national d‘action) régulièrement actualisés : le Vautour Moine, espèce réintroduite en France d’abord dans nos Grands Causses à partir de 1992, et plus récemment dans les Pré-Alpes en bénéficie.

Avec une population de 50 couples reproducteurs en 2020, cette espèce pour laquelle la France a une responsabilité patrimoniale particulière reste « précaire » selon les termes figurant dans le résumé du dossier. Elle est très menacée, car exposée aux collisions avec les câbles électriques et avec les éoliennes, sans oublier les empoisonnements et les dérangements sur ses sites de nidification.

Photo : Bruno Berthémy ©

Afin de consolider le rétablissement de la population de vautours moines en France, un nouveau PNA est engagé sur la période 2021-2030. Elaboré par la LPO et coordonné par la DREAL Occitanie, il vise à favoriser l’implantation durable de cette espèce sur notre territoire, qui à ce jour comporte 29 couples dont 26 reproducteurs.

Lire l’analyse plus complète de ce plan national d’action
concernant le vautour moine.

Comme l’indique une des fiches actions : l’essor de l’éolien industriel “n’est pas sans conséquence sur les populations de grands rapaces et représente un risque important pour le vautour moine. En effet, l’implantation des parcs éoliens a été autorisée, notamment en Aveyron, à un moment où les domaines vitaux étaient encore mal connus et les besoins spatiaux sous-estimés. Malgré la mise en ligne de zonages de référence sur le noyau principal de V. Moine en Occitanie (le plus confronté à cette menace) et leur mise à jour à partir de suivis télémétriques en 2017, des projets continuent d’être autorisés au sein des domaines vitaux de l’espèce (et leurs refus par l’administration attaqués par des développeurs, le cas échéant), entrainant une perte d’habitat et des risques de collision. Cette menace, déjà établie antérieurement en Espagne et en Grèce, s’est confirmée en France avec le premier constat d’un cas de mortalité par collision avec une éolienne en janvier 2020.

Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) a donné un avis favorable le 18 décembre 2020 sur ce Plan national d’actions (2021-2030), en insistant avec raison sur la demande suivante : informer les promoteurs de l’énergie éolienne en amont des projets sur les incompatibilités d’installation des parcs dans certains secteurs à risques, notamment au cœur des domaines vitaux actuels et futurs prévisibles (et obtenir que l’administration fasse respecter cette interdiction), et les exigences écologiques des vautours en général.

Le collectif régional TOUTES NOS ÉNERGIES/OCCITANIE ENVIRONNEMENT approuve ce plan national d’action en faveur du Vautour Moine :

  • Ce PNA est à la hauteur des enjeux.
  • Les PNA en faveur d’autres espèces relevant des mêmes exigences de protection ( gypaète barbu, vautour percnoptère…)  mériteraient également d’être actualisés.
  • Il est fondamental que les administration concernées fassent strcitement respecter l’application de ce PNA.
  • Il est souhaité que les juges administratifs en soient informés, afin que leurs décisions relatives notamment à des projets éoliens contribuent à en renforcer l’application au nom du principe de reconquête de la biodiversité stipulé par la loi.

Publié dans Communiqués de TNE-OE | Laisser un commentaire

Vent d’État (billet d’humeur)

Des patrons qui demandent plus de fonctionnaires, ce n’est pas si souvent qu’on le voit, il faut donc se hâter de le souligner. Ces entreprises sont membres de Wind Europe, association qui regroupe les majors de l’industrie éolienne (Edf, Engie, Vestas , Shell, Iberdrola, etc, etc).

Ils constatent à leur grand regret qu’avec « toutes les règlementations qui existent aujourd’hui » ils n’arriveront pas à installer toutes les éoliennes qu’ils souhaitent. Il faut donc plus de fonctionnaires non pas pour appliquer ces règlementations mais pour « délivrer les autorisations » plus vite et accélérer les procédures.

Dans le même temps ils seraient avisés de demander plus de force de l’ordre pour protéger les chantiers.

Jean Pougnet

Publié dans Dans la presse | 2 commentaires

Ostwind aux Martys (11) : le projet de trop

L’association audoise Vent Mauvais a besoin de nous ! 4 éoliennes de 125 mètres de haut et 3 MW de puissance unitaire plantées sur le pic de la Garnison, commune des Martys, sur des terrains aujourd’hui en zone naturelle stricte, c’est inacceptable.

La Montagne Noire est déjà saturée de machines qui détruisent le cadre de vie des habitants, leur santé, le paysage et la biodiversité : Haut-Cabardes, Sambres, Bois de la Serre, Grand-Bois, Gramentès, Cuxac Cabardes, Bois de l’Aiguille…

80 éoliennes fonctionnent déjà dans un rayon de 5 kms autour des Moussels et 18 de plus sont déjà autorisées ou en instruction … Plus de 100 machines dans un rayon de 10 kms ! Un repowering de la centrale du Haut-Cabardès et de Cuxac-Cabardès est programmé avec des machines de 150 mètres de haut et 4 MW de puissance unitaire.

Inacceptable

  • Pour Cécile BENAZETH et Camille LASSALLE, jeunes agriculteurs de la ferme des Moussels qui verraient leur ressource en eau menacée et les nuisances sonores doublées
  • Pour les habitants des hameaux de Saint-Saraille et du Cun, Les Rousses, La Calmille, qui en subiraient les nuisances sonores.
  • Pour tous ceux qui souhaitent un cadre de vie, des paysages, une biodiversité sauvegardés, sans destruction d’espèces protégées, sans nuisances sonores jour et nuit, sans flashs rouges lumineux la nuit, sans avoir leur horizon barré par ces machines et leur santé menacée par les basses fréquences qu’elles émettent.

Votre soutien est indispensable pour
que ce projet ne voit pas le jour !

Signez la pétition en ligne sur mesopinions.com : Ostwind, le projet de trop !

Exprimez massivement votre opposition à ce projet en vous déplaçant pour rencontrer le commissaire-enquêteur qui se tiendra à la disposition du public à la Mairie des MARTYS – 4, rue de la Mairie -11390 Les Martys

  • Jeudi 25 février 2021 de 08h30 à 11h30
  • Vendredi 5 mars 2021 de 14h00 à 17h00
  • Jeudi 11 mars 2021 de 08h30 à 11h30
  • Lundi 22 mars 2021 de 14h00 à 17h00
  • Lundi 29 mars 2021 de 14h00 à 17h00

 Ou bien en adressant un courriel à l’attention du commissaire-enquêteur à l’adresse suivante : pref-eolien-lesmartys@aude.gouv.fr  entre le 25 février et le 29 mars 2021

Association Vent mauvais 06 10 66 54 00 ventmauvais.association@outlook.com
Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Association-Vent-mauvais-2130416263742596/?view_public_for=2130416263742596

Publié dans Communiqués des associations | Laisser un commentaire

La justice ordonne la démolition d’éoliennes industrielles : une première en France

C’est une victoire pour les associations, Collectif pour la protection des paysages et de la biodiversité 34-12 / Vigilance Patrimoine paysager et naturel / Protection des paysages et ressources de l’Escandorgue et du Lodévois / Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France. Elles se battaient depuis plus de 15 ans, défendues par l’avocat Nicolas Gallon, pour que l’État applique ses propres décisions et que le préfet de l’Hérault y veille, à savoir, sans permis de construire toute construction doit être démolie !! 

Sur la commune de Lunas, au nord-ouest de Lodève (34) au lieu-dit de Bernagues – massif de l’Escandorgue – une centrale de 7 éoliennes industrielles fonctionne malgré la deuxième annulation définitive de son permis de construire par le Conseil d’Etatle 8 novembre  2017, et sans plus aucune autorisation d’exploiter valide.

Le promoteur, ERL-groupe VALECO (récemment passé sous contrôle de l’énergéticien allemand EnBW), avait tout de même construit et exploité ses éoliennes arguant du fait qu’il aurait obtenu une autorisation d’exploiter, mais celle-ci avait été accordée à condition d’avoir un permis de construire valide or il avait été annulé par le Conseil d’Etat !!

Ce fut une lutte épuisante pour les citoyens qui ont dû se battre, dépenser temps et argent juste pour faire respecter la loi !!

Et tant de contradictions : pourquoi les élus de nos territoires, qui se targuent d’agir avec l’administration pour protéger des espèces en danger, acceptent pour des questions d’argent (les redevances des promoteurs) de mettre ces mêmes espèces en péril ? Les éoliennes de Bernagues ont tué de nombreuses chauve-souris et des oiseaux protégés par les conventions européennes dont un vautour moine.
Le services de l’Etat ont accordé à deux reprises un permis de construire chaque fois annulé par la justice sans que cette annulation soit appliquée sur le terrain, et à chaque fois, des associations ont dû se mobiliser pour faire appliquer une loi que le préfet est censé représenter. 

La décision est exécutoire mais le promoteur peut encore faire appel, essayer de gagner du temps et continuer à gagner beaucoup d’argent. Cela fait des années que ces éoliennes lui rapportent des milliers d’euros chaque jour, alors pourquoi ne pas faire durer.  
Ceci ne nous enlève pas la joie qu’enfin un tribunal donne raison à nos associations qui veillent à la protection du patrimoine commun, naturel et paysager contre des aménageurs sans scrupules.

C’est un cas unique en France : la démolition dans les 4 mois, sous astreinte de 9000 € par jour. Ce jugement est un symbole pour tous ceux qui luttent contre l’éolien industriel.

Les associations du collectif 34-12 ont mis fin à des possibles abus des promoteurs éoliens  : ceux qui seraient désormais tentés de mener la politique du fait accompli en construisant avant d’avoir une autorisation définitive, au détriment des paysages et de la biodiversité, savent maintenant qu’ils risqueront la démolition.
Cette jurisprudence est donc utile pour toutes les associations et les opposants à l’éolien  en France : pour le cas où leurs autorisations seraient refusées, ils n’oseront plus construire leurs perfides éoliennes malgré tout.

 Vous trouverez en pièce jointe la Minute du tribunal judiciaire de Montpellier.

Publié dans Non classé | Un commentaire

Contre la DUP (déclaration d’utilité publique) du transfo de Saint-Victor-et-Melvieu : APPEL à DONS

Le chantier du Transfo de St Victor et Melvieu en Aveyron est engagé, et déjà résonnent dans la presse les cris de victoire de RTE proclamant que cette entreprise publique – autrefois EDF – a gagné dans le procès l’opposant à une trentaine de propriétaires indivis originaires de toute la Région et contestant la DUP (déclaration d’utilité publique).

Ce transformateur est symbolique de ce que combattent toutes nos associations : massacre environnemental et paysager, atteintes à la qualité de vie dans les territoires ruraux, mépris des élus de St Victor, gaspillage financier…

Le chantier du transfo de Saint-Victor-et-Melvieu

Le comble est qu’en l’état actuel ce transfo ne sert à rien cf. CR d’une réunion en préfecture de Rodez : https://toutesnosenergies.fr/index.php/2020/06/16/3710/ . Un éléphant blanc. Mais il faut voir à 10-15 ans et dès lors on peut mesurer que ce transfo est hautement dangereux : c’est un appel d’air supplémentaire pour des projets éoliens ou méga-solaires nouveaux entre Lévezou, Ouest-Aveyron, Monts de Lacaune, Montagne noire et Lodévois. Un calcul démontre qu’il est conçu pour accueillir la production d’au minimum 400 éoliennes puis l’envoyer en Espagne ou ailleurs.

Une partie des requérants initiaux a donc décidé de faire appel du jugement du TA Toulouse du 29 décembre 2020.

Qu’est-il attendu de cet appel, puisque les travaux ont débuté ?

  •  Obtenir une reconnaissance du bien-fondé de notre recours, qui pourra alors être utilisée dans des recours particuliers, tel qu’Arnac sur Dourdou auquel sont aussi requérants FNE, la LPO, la Fédération des Grands-Causses, et Co-27-XII. 
  • Obtenir une indemnisation, ce qui aurait une portée symbolique forte, en Occitanie et au-delà.

Nous sollicitons votre solidarité pour les soutenir financièrement dans leur démarche. 

L’ association Calelh assurera la collecte de vos dons au nom des requérants et vous pourrez bénéficier d’un reçu ouvrant droit à une déduction d’impôt de 66% de votre don. 

Quel que soit le montant de votre don, il illustrera notre capacité bien connue à faire vivre la solidarité. Nous vous en remercions par avance.

Pour effectuer votre don, cliquez sur le lien suivant : https://www.helloasso.com/associations/calelh-association-pour-la-qualite-de-vie-et-de-l-environnement-en-haut-languedoc/formulaires/1/widget 

Vous pouvez également adresser un chèque à l’ordre de l’association CALELH  (adresse : Association Calelh, C/ JC Fargues Perilhou 81260 Brassac) en précisant dans votre envoi : soutien aux requérants contre DUP Transfo St Victor et en indiquant l’adresse mail à laquelle il vous sera envoyé votre reçu fiscal.

Publié dans Informations diverses | Laisser un commentaire

Toutes les énergies passées aux cribles…

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. Aujourd’hui, débat sur les différents modes d’énergie

Un documentaire équilibré et surprenant :  Xenius – Énergie éolienne, la controverse (Arte)
Considérées par certains comme la source d’énergie du futur, les éoliennes sont honnies par d’autres en raison de leur nuisance sonore et esthétique, ainsi que des risques qu’elles induisent, par exemple pour la faune. Une équipe de cardiologues de Mayence explique l’impact sanitaire des infrasons.

Continuité écologique des cours d’eau : la petite hydroélectricité remporte une manche (Actu Environnement)
Dans la bataille que se livrent les partisans de la petite hydroélectricité et ceux de la restauration écologique des cours d’eau, les premiers viennent de remporter une manche. Par une décision du 15 février 2021, le Conseil d’État a en effet annulé à la demande de plusieurs fédérations (Fédération Électricité autonome française, France Hydro-électricité) l’article 1er du décret du 3 août 2019 relatif à la notion d’obstacle à la continuité écologique des cours d’eau.

Il faut bien différencier les différents types de géothermie (Transitions & Énergies)
La géothermie est une énergie renouvelable négligée en France. Et pourtant, elle est abondante, accessible sur une partie importante du territoire et n’a pas le principal inconvénient du solaire et de l’éolien, l’intermittence. Il ne faudrait pas que les séismes provoqués dans le bassin rhénan par des installations de géothermie profonde mises en place sans suffisamment de précautions ralentissent encore le déploiement de cette source d’énergie qui offre tant d’avantages.

 Énergies renouvelables : à Marseille, découvrez la centrale géothermique marine Thassalia (PositivR)
L’intérêt de la centrale de géothermie marine de Thassalia réside dans sa capacité à produire de manière simultanée du chaud et du froid à grande échelle. Il faut bien comprendre aujourd’hui l’importance croissante des réseaux de froid, qui sont des vecteurs essentiels de la transition vers une économie neutre en carbone, grâce au verdissement et à l’usage optimisée de nos énergies qu’ils permettent.

L’hydrogène, un rêve industriel mais pas écologique (Reporterre)
L’ambition d’un développement massif de la production hydrogène à grand renfort d’argent public fait peser de nombreux risques sur l’environnement, qu’il s’agisse de transport, de délocalisation de la production dans des pays pauvres ou encore du fantasme du stockage du carbone.

Nucléaire ou renouvelables ? le vrai débat (Le Monde Blog Sylvestre Huet)
Rapports mal présentés et rififi chez les économistes. C’est l’actualité du débat récurrent sur la production d’électricité soumise aux impératifs climatiques. Donc décarbonée. Un débat qui pourrait être intéressant s’il était bien posé. Et qui l’est souvent très mal, avec une confusion générale sur les calendriers, les espaces concernés (le monde, la France, l’Europe), les technologies avec leurs capacités de production et leurs coûts, et les ressources naturelles. Les postures anti-ENR et anti-nucléaire ont comme principal résultat d’empêcher les citoyens de saisir les véritables enjeux du débat. C’est dommage. Mais voici quelques clés pour vous y retrouver.

Publié dans Dans la presse | Un commentaire

Le collectif régional a tenu une réunion plénière le 6 février

Près de 20 représentants de 6 départements de notre région se sont réunis le 6 février pour faire le point de la situation. Les promoteurs éoliens – malgré la crise sanitaire que nous traversons poursuivent leur démarchage auprès des communes et des intercommunalités.

Voir ici le compte-rendu de la réunion du collectif

Partout des associations se créent et se battent, parfois victorieusement comme à Puissalicon (34), dans les Hautes Corbières, à Fourques et Caixas (66), mais les combats sont rudes, jamais finis… sur le terrain d’abord, auprès des riverains et des élus, et sur le plan juridique pour des batailles qui durent de longs mois, voire des années…

En plus des centrales d’éoliennes industrielles, ce sont maintenant de grands projets de panneaux photovoltaïques couvrant des dizaines d’hectares de terres agricoles qui suscitent la colère de citoyens à qui on n’a jamais demandé leur avis… panneaux photovoltaïques qui contribuent un peu plus à l’artificialisation des sols…

Le collectif TNE Occitanie Environnement continue à intervenir auprès des instances régionales pour faire valoir d’autres modèles énergétiques : le dépôt du prochain SRADDET (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) sera un moment stratégique puisque nous sommes déterminés à contester le volet énergétique de ce schéma. Les élections régionales seront une occasion de s’adresser aux candidats de toutes les listes pour qu’ils précisent publiquement leur position sur le développement de l’éolien industriel.

Au plan national, l’avenir est sombre, puisque près de 8000 éoliennes sont programmées : ce sont désormais les préfets de Région et donc les DREAL qui, recevant des instructions du pouvoir central, vont élaborer la cartographie des futures implantations. Ainsi la PPE va-t-elle descendre dans les régions et les préfectures avec des ordres pour la faire appliquer et imposer l’éolien aux territoires et aux populations qui n’en veulent pas.

Voir ici le compte-rendu de la réunion du collectif

La ministre Barbara Pompili a repris la main sur l’ensemble du dossier éolien, elle est le soutien et le relais de la filière éolienne : nous maintenons le cap de notre participation aux différents groupes de travail mis en place par le ministère : c’est un travail ingrat et chronophage, mais il est indispensable pour faire entendre la voix des associations et des citoyens, dans un échange vigilant et critique avec les pouvoirs publics.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dans la presse, le point sur les différents projets éoliens en Occitanie

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. Aujourd’hui, le point sur quelques projets régionaux :

Hérault : L’ombre des éoliennes plane sur le vignoble (La Semaine du Minervois)
Un projet de centrale éolienne est en cours sur la commune de Siran (Hérault). En plein coeur du cru La Livinière. Les vignerons y sont fermement opposés.
Le cru La Livinière mobilisé contre un projet de parc éolien au coeur du vignoble (Réussir Vigne)
Le Syndicat du cru La Livinière est pleinement mobilisé contre le projet d’implantation de quatre éoliennes par la société Volkswind France en plein cœur de son territoire. Motif invoqué, les éoliennes dénaturent le paysage et le patrimoine environnemental de l’appellation.
Carcassonne. Le cru la Livinière s’oppose au projet éolien (La Dépêche)
Le cru Minervois est partie prenante dans ce dossier et se donnera tous les moyens pour que ce dossier ne puisse aboutir”. Le président du cru La Livinière Guy Sabarthès va bien entendu dans le même sens en déclarant:” Ce patrimoine constitue notre cadre de vie et notre outil de travail”.

Haute-Garonne : Hers Ariège Environnement nous propose cette vidéo qui est un diaporama pour informer les citoyens sur le projet éolien de Cintegabelle et notamment de son impact sur le paysage environnant.

 Aude : aux Martys, l’inquiétude d’un éleveur face au projet d’implantation de quatre éoliennes (France3 Occitanie)
Le département de l’Aude concentre environ 25 % de la puissance éolienne de la région Occitanie, et de nombreux projets sont encore en développement. Sur le petit village des Martys (300 habitants), à la limite avec le Tarn, l’un d’eux alarme un éleveur local.

La ferme de Camille Lasalle est déjà entourée de plusieurs éoliennes. • © FTV / F. Guibal

Aude : Les éoliennes de Puichéric (Aude) auraient porté atteinte au site du canal du Midi (CRIDUN)
Le projet de parc éolien de Puichéric se trouve dans la zone d’influence paysagère du canal du Midi, à 1,8 km de ce dernier, lequel est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et à moins de 100 mètres de la zone sensible du canal, laquelle exclut les grands équipements comme le démontre la carte de lecture des éléments patrimoniaux bâtis et paysagers de l’étude paysagère.

Aveyron : Calmont (12). Les élus disent non à un projet de parc éolien à Comps-Lagrandville (La Dépêche) 
Lors du conseil municipal du 19 janvier et à la demande de la commune de Comps-Lagrandville concernant l’implantation d’un parc éolien proche de ce village, les élus, après avoir délibéré, se prononcent à l’unanimité contre ce projet.

Lozère : les militants alertent sur l’installation en masse d’éoliennes sur l’Aubrac (Midi Libre) 
Les Robins des bois de la Margeride réagissent à l’appel à candidatures pour produire des énergies renouvelables sur l’Aubrac, lancé par le Parc naturel régional.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Appel à soutien aux inculpé.e.s de l’Amassada

Au moment où la mascarade de la convention citoyenne pour le climat se révèle au grand jour, la justice convoque quelques manifestants choisis au hasard dans la centaine de ceux qui  protestaient ce jour-là contre le projet de méga transformateur de Saint Victor et Melvieu pour leur signifier que force doit rester à la loi… du plus fort, à savoir RTE et le lobby industriel de l’énergie. Le collectif de l’Amassada appelle tous ceux qui pensent une vie différente à les rejoindre pour soutenir les opposants à ces grands projets inutiles. Voici le communiqué de l’Amassada

Le 16 février 2021 seront jugé.e.s en appel 4 opposant.e.s prélevé.e.s parmi une centaine, lors de la manifestation du 12 octobre 2019 contre le projet de mégatransformateur de Saint-Victor et Melvieu, dans le sud Aveyron. Le hameau de l’Amassada qui depuis 5 ans occupait le futur
site, venait d’être expulsé et rasé le 8 octobre 2019. Force était restée à la loi selon le commentaire de la préfète. Il se trouve que cette loi est celle de l’empire industriel de l’énergie qui sous couvert de transition écologique perpétue le massacre…

Lors de la première audience, le 11 mars 2020, nous avions fait une demande en nullité pour de nombreux vices de procédures d’enquêtes et de convocations (grosso modo les gendarmes plaignants se sont auditionnés entre eux). Le tribunal de Rodez a rejeté les demandes en nullité et condamné les prévenu.e.s à 5 à 8 mois de prison avec sursis, assortis de 100 euros d’indemnité pour chacun des gendarmes au titre de préjudice moral. Par contre le tribunal a débouté RTE (Réseau de transport d’électricité) pour sa demande de préjudice matériel.

La séquence en cours (Covid) a rendu aveuglant le diagnostic de la mise à sac du monde, la marchandisation du vivant, et son contrôle par la logique sécuritaire. Gestion des flux partout, chez Amazon comme en Amazonie, dans l’agroalimentaire comme à l’hôpital, dans la 5G comme à l’Ehpad, chez spaceX comme chez Renault. Évaluation et contrôle partout, Big Brother…

Devant le tribunal de Rodez

L’Amassada considère que son existence même et ses actions s’inscrivent dans un « état de nécessité ». Nécessité de dénoncer la mascarade de la transition écologique comme elle est imaginée par les seuls intérêts financiers et industriels. Nécessité de dénoncer leurs troupes
policières, administratives et politiques. Nécessité de s’interposer quand les machines de destruction se mettent en marche. 

Le 16 février 2021 nous ferons encore valoir la nécessité d’agir et de dénoncer le système industriel de l’énergie et ses soutiens politiques, policiers et judiciaires. 
Est-il besoin de rappeler les nombreuses condamnations du gouvernement concernant les engagements écologiques et ses dérives sécuritaires. 

Nous appelons toutes les personnes présentes à Montpellier ou qui
viendraient à s’y trouver, à se rejoindre devant le tribunal (1 rue
Foch), le 16 février 2021 à 13h00. 

Au programme : chants, couleurs, discussions, échanges, paillettes pour partager un moment convivial, et affirmer ensemble notre soutien aux personnes jugées.

Venez déguisé.e.s : C’est CARNAVAL !

L’Amassada

Publié dans Communiqués de TNE-OE, Communiqués des associations | Laisser un commentaire