Pendant la crise sanitaire, le démarchage continue…

Après les élections municipales promoteurs et lobbys éoliens s’empressent auprès des nouvelles équipes élues… Crise sanitaire ou pas, les affaires continuent… Business as usual … Deux exemples…

AMORCE, fédérations de collectivités locales et d’acteurs locaux dans le domaine de l’énergie, envoie un guide de l’éolien « dans une perspective d’accélération de la transition énergétique au niveau local »… Dans sa réponse – au nom du collectif TNE-OE, Bruno Ladsous souligne : votre courrier sollicite des communautés de communes dont les villages sont situés dans le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc et signataires de la charte de gestion du Parc qui instaure un plafond de 300 éoliennes, plafond opposable juridiquement et quasiment atteint.

« Un tel courrier entretient le sentiment croissant de nos concitoyens que leurs élus sont en collusion permanente avec des opérateurs qui n’ont aucun rapport avec le moindre intérêt public ni général, et qui ne vivent que de subventions représentant 60% de leur chiffre d’affaires. »

VOL-V ER, opérateur technique et exploitant, sollicite un maire et souhaite « l’accompagner dans le développement d’un projet éolien, de la phase d’étude jusqu’à l’exploitation, pour valoriser au mieux son territoire ». Toujours au nom de TNE-OE, Jacques Biau estime « que les différentes propositions mises en avant pour « séduire » les maires (participation à la gouvernance, acquisition de parts sociales, financement participatif « peu risqué »!) ne sont rien par rapport au drame que constitue pour les habitants des territoires ruraux l’invasion éolienne. »

« Votre courrier nous semble témoigner de préoccupations mercantiles qui ne sont pas celles de nos concitoyens des pays ruraux et qui ne correspondent nullement à l’intérêt général. »

Le démarchage effectué par l’industrie éolienne ou ses porte-parole, c’est de la vraie fausse information : pas complètement fausse mais pas tout à fait vraie !: 

La responsable de VOL-V ER présente ainsi le groupe CNR (Compagnie Nationale du Rhône) comme le premier producteur d’énergie renouvelable avec un actionnariat majoritairement public. Si Engie n’en détient que 49,97 %,  France énergie éolienne ne s’y trompe pas : dans le rapport de son observatoire économique elle associe les résultats d’Engie et de CNR.  

Amorce, fédération de collectivités territoriales traite des déchets, de l’eau et de l’énergie; elle prétend guider les maires vers des paradis éoliens en leur fournissant toutes les informations nécessaires – y compris des motions types à faire voter par le conseil municipal !! Mais Amorce ment par omission : en affirmant que lors du démantèlement des éoliennes les fondations devront être totalement excavées, elle oublie qu’il y a des dérogations si les nuisances causées par l’excavation et l’évacuation des décombres sont supérieures à leur bénéfice (sic !).

Ils sont gonflés à VOL-V ! Le nom du groupe fait référence au vol des oiseaux migrateurs dont la formation, en forme de V, est à la fois solidaire et économe en énergie. Qu’ils relisent le rapport de la LPO de 2017 qui fait état d’une vulnérabilité documentée des passereaux et des rapaces migrateurs, en particulier dans et autour des zones Natura 2000.

Ce contenu a été publié dans Communiqués de TNE-OE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *