Tierce expertise : un protocole signé à Échauffour (Orne)

“Ne rien lâcher et ne rien céder pourrait être sa devise. À Echauffour, Fabien Ferreri poursuit inlassablement sa lutte contre les éoliennes qui lui pourrissent l’existence mais aussi celles d’autres riverains depuis leur mise en service par Voltalia, en mars 2019. Leur calvaire dure depuis 22 mois déjà” (Le Réveil Normand)

Au nom du Collectif des riverains de la zone éolienne d’Echauffour, Fabien Ferreri demande le démontage de deux des cinq éoliennes d’Echauffour. Ils viennent de signer un protocole avec la société prévoyant l’intervention d’un tiers expert. (Le texte du protocole en PDF)

Fabien Ferreri commente : après plus d’une semaine de bataille intense, Voltalia a finalement cédé sur tous les points demandés :

  • Nous pourrons disposer de l’intégralité des données brutes des mesures réalisées durant la tierce expertise (acoustiques et météorologiques).
  • Ces données nous serons communiquées au plus tard 30 jours après les prises de mesure.
  • Il n’y a pas de clauses de confidentialité restreignant l’usage de ces données.
  • L’expert, et ses prestataires, n’ont pas l’autorisation de rentrer chez nous la nuit comme ils le souhaitaient.
  • Les obligations de cet accord (accepter le contrôle et le relevé des micros) cesseront le jour de la remise du rapport de l’expert et non 6 mois après.

Nous avons eu gain de cause  sur ces points mais restons vigilants!
Nos associations occitanes soutiennent cette démarche et seront très attentives aux conclusions de la tierce expertise.

Ce contenu a été publié dans Communiqués des associations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Tierce expertise : un protocole signé à Échauffour (Orne)

  1. Patrice LUCCHINI dit :

    Un moyen très utile qu’il nous faudra aussi utiliser dans nos actions contre les nuisances sonores et autres des centrales éoliennes sur notre territoire. Jusque-là l’administration se montrait très réticente pour ne pas dire opposée à la nomination d’un tiers-expert et confiait (comme cela a été le cas pour la centrale du Sambrès) la réalisation des contrôles acoustiques demandés par l’administration à un bureau qu’elle contrôle …

  2. Patrice LUCCHINI dit :

    Je voulais écrire : … que la société exploitante de la centrale contrôle (et non pas l’administration). Dont acte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *