Éoliennes partout, justice nulle part…

Quel étrange État de droit avons-nous quand il s’agit de développement à marche forcée de l’industrie éolienne ?
Si nous prenons l’exemple de Bernagues – commune de Lunas dans l’Hérault – la réponse n’est pas très encourageante.

Après trois annulations du permis de construire par le Conseil d’État – sans que la préfecture fasse appliquer les décisions – la société Énergie Renouvelable du Languedoc – ERL-groupe VALECO se voit enfin condamnée par un tribunal civil à démolir les éoliennes installées illégalement dans les quatre mois, et, passé ce délai, le promoteur devra verser une astreinte de 9000 euros par jour pendant 180 jours.

Voir le texte complet du communiqué
du collectif TNE-Occitanie Environnement en PDF

Visiblement certains justiciables sont mieux traités que d’autres. La décision est mise en délibéré pour le 3 juin soit quelques jours avant la fin du délai donné au promoteur pour entamer le démantèlement.
Ça tombe bien ! Celui-ci n’a d’ailleurs pas l’air de douter du contenu du délibéré car il n’a à ce jour rien entrepris et continue d’exploiter ses éoliennes illégales.

Porte parole du Collectif pour la Protection des Paysages et de la Biodiversité – 34-12 : Marjolaine Villey- Migraine (comité de soutien : l’association Vigilance Patrimoine Paysager et Naturel – VPPN. aigles.escandorgue@gmail.com – 06 33 91 38 33

Ce contenu a été publié dans Communiqués de TNE-OE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *