Bruit éolien : la ministre renie les engagements du gouvernement, les représentants des riverains quittent le groupe de travail.

Le gouvernement s’était engagé en 2019 à améliorer et à fiabiliser le contrôle acoustique des éoliennes, reconnaissant que les pratiques en vigueur étaient défaillantes. Nous étions en droit d’espérer qu’il  en résulterait une méthode de mesurage des nuisances sonores plus protectrice de la santé des riverains. C’était oublier la pugnacité de la filière éolienne s’agissant des avantages et dérogations qui n’ont cessé de lui être accordées.

L’objectif fixé en octobre 2020 à un groupe de travail tripartite (filière, bureaux d’études acoustiques, représentants des riverains) piloté par le ministère de la transition écologique était « d’élaborer un protocole de mesure des niveaux de bruit des parcs éoliens terrestres, sur la base de différentes méthodes qui seront testées sur des parcs en exploitation pour en évaluer la faisabilité technico-économique. »

Deux protocoles furent donc proposés par le ministère, l’un basé sur les pratiques en vigueur, l’autre visant à mieux répondre aux demandes des citoyens. Après huit mois de travail et de propositions au meilleur niveau technique, suite à une demande de la filière le ministère a retiré de manière unilatérale et arbitraire le protocole le plus favorable avant même qu’il ait été testé.

La ministre a ainsi de nouveau arbitré, sur un point sensible, en faveur d’une filière industrielle et au détriment des citoyens, au mépris du principe de primauté de la Santé confirmé par le Conseil Constitutionnel le 31 janvier 2020. 

Les représentants des riverains quittent donc le groupe de travail, qui n’a plus de raison d’être. Le dossier technique sera cependant tenu à la disposition des autorités sanitaires et des autorités de contrôle, voire des autorités de justice qui souhaiteront en connaître. (voir leur courrier en PDF)

Ce contenu a été publié dans Courrier aux administations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Bruit éolien : la ministre renie les engagements du gouvernement, les représentants des riverains quittent le groupe de travail.

  1. Patrice LUCCHINI dit :

    C’était malheureusement prévisible. Le lobby de l’éolien industriel dispose de forts appuis tant au ministère que dans les sphères gouvernementales et le bruit est l’un des problèmes les plus prégnants chez les riverains des centrales. Et puis il faut complaire aux “escrologistes”… Il était pourtant nécessaire de participer et d’essayer d’en appeler à la raison et au sens de l’intérêt général de nos gouvernants. Peine perdue donc. Il faudra en tirer les conclusions qui s’imposent.

  2. Villey-Migraine dit :

    IL y a un problème : cette ministre qui devrait exercer honnêtement son rôle de ministre (avec la neutralité recommandée à tout honnête fonctionnaire de l’Etat) fait du MILITANTISME pro – éolien : elle a d’ailleurs un langage MILITANT

    Elle semble faire la cour à la filière éolienne, après Royal, Borne, Hulot
    mais avec véhémence …
    Elle accuse les anti-éoliens d’hystérie…. c’est grave

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *