Le collectif TNE-Occitanie Environnement plus que jamais mobilisé contre l’éolien industriel

Le 29 janvier 2022, le collectif TNE-Occitanie Environnement a tenu sa réunion plénière. 36 personnes (et 9 excusés) représentant 8 départements ont participé à cette rencontre.

L’ordre du jour de la matinée était copieux,
reflétant l’importance de nos investissements

Le premier point portait sur les réunions départementales concernant la cartographie des « zones favorables au développement de l’éolien terrestre »
La lecture des comptes rendus, faits par nos associations, laisse apparaître quelques éléments intéressants. Les oppositions et les réserves étaient plus nombreuses que prévues y compris de la part d’organismes para publics ou d’élus. Le CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) en particulier, lorsque ses interventions sont citées dans les comptes rendus, semble assez défavorable à l’éolien terrestre, mais on trouve aussi l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) certainement poussée par ses syndicats de cru adhérents. Les élus pro-éoliens ne s’étaient pas mobilisés. 

Les principes que nous avons défendus lors de ces réunions départementales au titre du « à l’évidence rédhibitoire »  :

  • Protection de la population : cadre de vie et santé,
  • Protection du patrimoine : paysages mais aussi patrimoine classé officiel 
  • Protection du vivant et de la biodiversité : sites Natura 2000 (directive Habitats, directive Oiseaux), ZNIEFF, zones humides, forêts, etc.
  • Protection des terroirs de nos appellations 
  • Enfin, les zones déjà saturées

Autrement dit quasiment toute l’Occitanie.

Nous avons ensuite abordé la question du SRADDET Occitanie. Ce Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires est théoriquement prescriptif pour les plans d’urbanisme, Scot…  Mais il arrive en enquête publique (qui s’est achevée ce 7 février) avec 3 ans de retard sur les délais fixé par le gouvernement ! TNE-OE a déposé son avis qui s’est notamment axé sur celui de l’Autorité Environnementale très critique et relève le peu de prescriptivité réel des règles générales, notamment la N°20 qui porte sur les énergies renouvelables.

Nous manifestons notre étonnement et inquiétude face au silence du Sraddet sur le développement de l’éolien terrestre. Nous nous inquiétons de cette duplicité puisque la Région se félicite de voir augmenter massivement le nombre d’installations éoliennes en Occitanie, et que l’État, de son côté, élabore une cartographie pour de nouvelles implantations, malgré le refus quasi unanime des citoyens, associations et élus, exprimé lors des récentes consultations préfectorales sur le zonage éolien. 

Enfin, on déplorera que le Sraddet n’évoque jamais la place et le rôle du tissu associatif qui, au cœur des territoires, contribue au lien social, à la réflexion, à l’éducation, à l’information, à la création et à l’engagement des citoyens et citoyennes dans la société.

La discussion et la programmation du prochain numéro de Détoccigène, notre magazine, font l’objet du troisième point : il sera consacré aux problèmes rencontrés dans chaque département.

Liens pour télécharger les deux premiers en PDF : Et toujours disponible, le n° 1 ! et le numéro 2    Vos propositions de textes avant le 20 février si possible, et vos photos en haute définition à pougnet.jean@gmail.com

Un moment important : Avant d’avoir de savoir que Chrystel et Luc Fockaert avait définitivement gagné par KO (leur adversaire se désiste de tout pourvoi en cassation) nous avons écouté leur témoignage. Leur victoire est importante puisqu’il s’agit de la reconnaissance des nuisances sur leur santé d’un parc éolien proche, et de l’existence d’un syndrome éolien.

Le collectif poursuit son action et se joint à un recours contre un arrêté litigieux engagé par Echauffour Environnement. Cet arrêté du 26 août 2011 modifié le 10 décembre 2021 n’a pas fait l’objet d’une évalua/on environnementale et ne s’appuie sur, comme dit plus haut, aucune norme. Voir la note qui lui est consacrée.

Par ailleurs à l’initiative de Vent de Colère et de deux fédérations (allemande et belge) une pétition est portée au parlement européen pour faire reconnaître le bruit éolien au même titre que celui des trains ou des avions et une plainte est conduite devant la Commission européenne car les riverains sont privés d’une protection sur le bruit éolien s’appuyant sur une évaluation environnementale, sur des règles et sur une norme officielles répondant aux critères de la directive.

La dernière heure a été  consacrée à l’association support OC.2E, Créée au Rialet (81240) le 8 septembre 2021, l’association Occitanie – Énergies Environnement (OC.2E) s’inscrit dans la suite du collectif régional Toutes Nos Energies-Occitanie Environnement créé lui-même le 23 novembre 2016 Directement issue du mouvement citoyen que constituent le collectif Toutes Nos Energies-Occitanie Environnement, les associations et les collectifs qui le composent auxquels elle apporte une assistance ; elle met en œuvre les décisions prises par le collectif TNE-OE en matière de recettes et de dépenses, d’action juridique et administrative. Elle contribue à renforcer l’expertise du collectif en rédigeant des contributions selon les besoins de ses associations membres. 

Les adhérents ont pu prendre connaissance de la composition du conseil collégial, de l’état financier. Ils ont adopté quelques modifications des statuts, en particulier le nom de l’association.

L’après-midi a permis de faire le tour (long et détaillé) des problèmes rencontrés par les associations et les collectifs départementaux. Vous en avez les principaux échos dans le compte-rendu de l’assemblée générale.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.