10 juin – Rodez : avec les inculpé.es de l’AMASSADA

Le 10 juin à Rodez devaient être jugés 4 opposant.es, prélevé.es parmi une centaine, lors d’une manifestation (12 octobre 2019) contre le projet de méga transformateur de Saint-Victor et Melvieu dans le sud Aveyron.

ATTENTION : LE PROCÈS PRÉVU LE 10 JUIN A ÉTÉ REPORTÉ !

Le hameau de l’Amassada qui depuis 5 ans occupaient le futur site venait d’être expulsé et rasé, le 8 octobre. Force était resté à la loi selon le commentaire de la préfète. Il se trouve que cette loi est celle de l’empire industriel de l’énergie qui sous couvert de transition écologique perpétue le massacre…

Lors de la première audience, le 11 mars, nous avions fait une demande en nullité pour de nombreux vices de procédure d’enquête et de convocation (grosso modo, les gendarmes plaignants se sont auditionnés entre eux). Le tribunal a souhaité réfléchir et a refusé toutes ces demandes le 22 avril alors que courait déjà la pandémie et reporté la séance « sur le fond » au 10 juin. Ils n’auront même pas profité de l’occasion pour désengorger la cour. Elle se rengorge.

Devant le tribunal de Rodez, le 11 mars 2020

Le 10 juin, nous ferons encore valoir la nécessité d’agir pour que l’« après » ne soit pas le redémarrage sans vergogne du même système mortifère.
Le 10 juin nous appelons au soutien des camarades inculpé.es. Ce jour-là, ce ne sera pas de nos ami.es, de notre famille ou de nos collègues qu’il faudra se protéger, c’est aux instances gouvernementales qu’il faudra appliquer les gestes barrières.

On vous donne donc rendez-vous à RODEZ le 10 juin, à 13h30 devant le tribunal.

L’idée est de constituer des groupes de 10 personnes maximum en arrivant devant le tribunal. A chaque groupe sera distribué un kit « barrières » composé d’une carte du centre-ville, d’un chansonnier, et d’un rouleau de scotch. Il y aura quatre points de rencontres dans la ville. A chaque point des questions sur l’histoire de l’Amassada vous seront posées (ainsi que des défis si vous les acceptez !). A chaque bonne réponse, en plus de votre rouleau de scotch fourni au départ, des récompenses vous permettrons de constituer petit à petit votre barrière afin d’avoir le bon geste.

Reste à savoir quelle équipe connaîtra l’histoire de l’Amassada sur le bout des doigts, et surtout, où toutes ces barrières se retrouveront ! Nous vous invitons aussi à ramener vos banderoles et pancartes. Soyons visibles.

La séquence en cours (Covid) a rendu aveuglant le diagnostic de la mise à sac du monde et de la marchandisation de l’humain. Gestion des flux partout, chez Amazone comme en Amazonie, dans l’agroalimentaire comme à l’hôpital, dans la 5G comme à l’Ehpad, chez spaceX comme chez Renault… Évaluation et contrôle partout, Big Brother bienveille la servitude volontaire.

14-18. 39-45. 2020. À chaque fois : « plus jamais ça ». À chaque fois : « après ne sera pas comme avant » « on a pris la mesure des mesures à prendre »… Faut-il se résigner à ce cycle naturel du capitalisme qui semble nécessiter de grosses crises pour se régénérer et le retour successif de ses troupes et de ses consommateurs ? La singularité de l’édition 2020 est pourtant qu’il pourrait s’agir de la « der des der », avant l’entrée dans des phases plus convulsives du capitalocène. 

C’est peut-être ce qui agite confusément une partie des mondes actuels à préparer fébrilement l’après pendant la crise-même, pour que surtout rien ne change, pour que surtout tout reprenne de plus belle, pour que surtout les quelques réfractaires, les vivants sans et autres GJ ne se mettent à s’organiser. Une sorte de bouquet final. Ainsi les promesses abondent du côté des puissances et des consommateurs intégristes : transition écologique, moins d’avions dans le ciel, plus de service public, gouvernance, participation… Tout sera réformé à fond, il faudra ralentir. Mais ne soyons pas dupes, ils disent « il faudra ».

Pour ne pas déprimer, ne pas se laisser endormir par l’aérosol soporifique des médias, les quelques villages gaulois, ZAD, GJ… devront préférer les gaz lacrymogènes.

L’Amassada considère que son existence-même et ses actions s’inscrivent dans un état de nécessité. Nécessité de dénoncer la mascarade de la transition écologique comme elle est imaginée par les seuls intérêts  financiers et industriels. Nécessité de dénoncer leurs troupes policières, administratives et politiques. Nécessité de s’interposer quand les machines de destruction se mettent en marche…

Sortir soutenir, décrocher des écrans, ne plus commenter. SORTIR, ENSEMBLE.

Ces derniers mois ont été très durs, notamment socialement, d’ailleurs qu’on ne s’y trompe pas, le gouvernement ne parle pas de « distanciation physique » pour nous protéger, mais bien de « distanciation sociale ». Et c’est cela, aussi, en nous retrouvant que nous voulons dénoncer et combattre. Nous soutiendrons nos ami.es en rigolant, en jouant, en chantant, en dansant, et à leur sortie du tribunal nous les embarquerons dans la plus belle des farandole…

D’ici là faisons au mieux
Pas Res Nos Arresta
L’Amassada

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *