En Touraine, des maires prêts à brader leur territoire…

La Renaisssance Lochoise du 12 août, (L’hebdomadaire de la Touraine du Sud)  publie un appel de  maires et élus du territoire qui ont créé  une association, NEST (Nouvelles énergies en Sud Touraine), pour promouvoir l’installation d’éoliennes. À condition que leurs retombées profitent directement au Sud Touraine

L’Association Environnementale du Sud Touraine (AEST 37 aest37@orange.fr) nous transmet le communiqué de réponse (ci-joint). 

L’annonce par des Maires : « … l’idéal serait qu’il y ait une trentaine d’éoliennes … » nous étonne : comment des élus peuvent-ils envisager de faire subir à leurs concitoyens et aux habitants du Sud Touraine et des alentours  les impacts de machines de 200 m  visibles de très loin, des nuisances multiples, visuelles, sanitaires, économiques, une dénaturation des paysages qui font le charme et l’attractivité de notre terroir, une perte de surfaces agricoles fertiles, une atteinte au droit constitutionnel à la tranquillité dans un environnement choisi, une zizanie entre ceux qui vont en tirer un profit et ceux qui vont subir les inconvénients

Pourquoi des financiers et des développeurs industriels choisissent-ils de produire, à titre privé, de l’électricité dans une région qui produit via EDF déjà plus d’électricité qu’elle n’en consomme et à moindre coût ?
Paradoxe apparent : plus elles produisent plus elles coûtent cher au consommateur et au contribuable en subventions pour le profit des spéculateurs
Selon un rapport de la Cour des Comptes de mars 2018 les contrats de l’éolien vont coûter à l’État «40,7 milliards d’euros en 20 ans» pou«2% de la production française».
 Les Maires de NEST se justifient en rêvant de « retombées financières » et de travaux annexes compensatoires pour les communes : cette manne ne tombe pas du ciel mais sort de la poche des citoyens =
Pour 1 € de retombées financières pour la commune et la Communauté il en coûte de 10 à 15 € à la collectivité.

De nombreux projets sont lancés , nous appelons les élus à les refuser pour défendre et promouvoir notre ruralité, ses centres d’intérêt et la qualité de vie qu’elle nous offre.

Ce contenu a été publié dans Communiqués des associations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *