S.O.S. Nature Fenouillèdes

Un projet industriel de parc photovoltaïque sur la commune de Lesquerde met en péril une zone nature des Pyrénées Orientales. Nous avons eu depuis confirmation que le projet de la société Eléments s’étendrait sur quatre zones d’un total de quinze hectares.

C’est tout un pan de nature et de biodiversité qui serait sacrifié. Pourtant, le site est riche en espèces protégés : couleuvre de Montpellier, lézard ocellé, cincle plongeur… ainsi qu’une variété de plante qui a donné lieu à une étude de six mois par un botaniste.

La vallée de l’Agly où se situe le projet de parc photovoltaïque © JPF

Enfin, si ce projet dévastateur voyait le jour, ce serait une grave blessure supplémentaire pour le Fenouillèdes déjà très atteint et un nouveau coup dur pour le tourisme. Les habitants du Fenouillèdes se rassemblent de plus en plus pour lutter contre cette invasion industrielle mais nous avons besoin de regrouper toutes les forces vives d’opposition.

Les éoliennes de Lesquerde © JPF

C’est l’ensemble du département et au-delà la région Occitanie qui est impactée.
D’autant que Lesquerde héberge déjà un parc éolien et que d’autres projets éoliens et photovoltaïques sont à l’étude dans le Fenouillèdes qui aspire pourtant à faire partie du futur PNR Corbières-Fenouillèdes. Une  aberration parmi tant d’autres !

Devant l’urgence de la situation le collectif de Lesquerde a décidé de créer l’association loi 1901 SOS Nature Fenouillèdes. Voir ici la présentation de ses objectifs par son président. Et comme ensemble nous sommes plus forts, nous avons également décidé de rejoindre TNE dans ce combat.

Nos actions vont porter essentiellement sur trois points :

  • Faire reconnaître la zone choisie pour l’implantation des panneaux comme une zone nature abritant des espèces protégées.
  • Agir auprès de la DRAC puisque le site abrite les restes d’une ancienne chapelle et probablement d’un ancien village.
  • Proposer une alternative de mise en valeur du site dans le respect de la nature et mettre en avant l’impact négatif du projet sur le tourisme en étant sous une via ferrata et à la vue d’une route reliant les gorges de Galamus à Ansignan.

Notre dernier rendez-vous avec le sous-préfet, à qui nous avons remis un dossier, nous a semblé assez positif et ses réactions nous laissent supposer que quelque chose et en train de changer. Mais nous le savons tous : il ne faut jamais relâcher la pression !

Ce contenu a été publié dans Communiqués des associations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *