Candidates et candidats se prononcent sur l’éolien industriel

À l’approche des élections régionales et départementales, plusieurs associations du collectif TNE-Occitanie Environnement, ont adressé une lettre aux candidates et candidats des différentes listes pour leur demander leur position concernant un moratoire sur l’éolien industriel. Voir l’article.

Plusieurs candidates et candidats nous ont répondu. Nous avons déjà évoqué la réponse d’Olivier Fabre, maire de Mazamet,  tête de la liste “Nouvel Élan en Occitanie” dans le Tarn. Ces réactions montrent qu’il est possible d’interpeller les femmes et les hommes politiques qui veulent nous représenter. Elles manifestent l’impact de nos associations et de leur combat.

Voici la liste des diverses réponses que nous proposons en PDF. Elle sera mise à jour au fur et à mesure …

  • Olivier Fabre, maire de Mazamet,  tête de la liste “Nouvel Élan en Occitanie” dans le Tarn.
  • Christophe Barthès, délégué départemental du RN11, tête de la liste “Rassemblons l’Occitanie” dans l’Aude, Candidat dans le canton de Trèbes (11).
  • Laurie Baron et Pierre Polard, candidate et candidat “Hérault Debout” aux élections départementales dans le canton de Saint-Pons-de-Thomières (34).
  • Virginie Alcina, candidate (RN) dans le canton de Saint-Pons-de-Thomières (34)
  • Philippe Vidal, candidat (PS) dans le canton de Cazouls-les-Béziers (34)
  • Fabienne Mateu-Vialettes et Christian Harquel, candidate et candidat (PCF) dans le canton de Cazouls-les-Béziers (34)
  • Muriel Cherrier et Christian Raynaud, candidate et candidat « Unis pour l’Aude » dans le canton de la Vallée de l’Orbiel (11).
  • Bernard Carayon, maire de Lavaur, tête de la liste “Du courage pour l’Occitanie” dans le Tarn.
  • Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault, candidat PS dans le canton de Saint-Pons-de-Thomières (34).

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Candidates et candidats se prononcent sur l’éolien industriel

  1. Patrice LUCCHINI dit :

    Voici la réponse de l’association Vent mauvais aux candidats de la liste “Unis pour l’Aude” du canton de la Vallée de l’Orbiel dont dépendent certains villages et hameaux de la Montagne Noire :

    Je vous remercie de votre réponse à notre demande de positionnement que je transmets au Collectif Toutes nos énergies-Occitanie Environnement et à nos adhérents et sympathisants.

    Je regrette toutefois que vous ne preniez aucun réel engagement et en tout état de cause pas celui de défendre les habitants du territoire de la Vallée de L’Orbiel contre les dérives de l’éolien que vous soulignez pourtant vous-mêmes.

    Vous ne prenez pas davantage position sur le moratoire éolien, notre question centrale et qui nous semble la seule réponse de nature à permettre de faire le point sur l’implantation existante, la réalité de l’intérêt écologique de l’éolien, l’acceptabilité des populations et de tous ceux qui vivent aujourd’hui au voisinage des centrales éoliennes, la réalité économique de cette filière, et ses méfaits notamment en matière de développement touristique, entre autres.

    La CCMN dispose d’une charte qui prône le développement éolien terrestre par la densification des sites existants et le repowering c’est-à-dire des machines plus hautes et plus puissantes en lieu et place de celles qui arrivent en fin de vie ou de tarifs d’achat garantis. Pour simplifier, la densification c’est mettre de nouvelles éoliennes là où il y en a déjà trop et le repowering c’est augmenter les nuisances déjà subies par les riverains des centrales ainsi « renouvelées ».

    La poursuite sur cette voie ne peut nous satisfaire, comme l’ont montré notamment la récente enquête publique sur le projet éolien des Martys auquel le Commissaire-enquêteur a donné un avis défavorable suite à la forte mobilisation contre le projet, et la position très critique des communes confrontées aux projets de repowering et la manière dont ces projets sont conduits, souvent dans la plus grande opacité. « Débat citoyen, développement harmonieux des territoires, prise en compte de l’investissement citoyen, cette situation ne saurait justifier les dérives et le développement sans contrôle », tout cela est joliment dit et répété depuis des années tandis que le rouleau compresseur éolien poursuit son chemin.

    Mais les mots ne suffisent plus, il faut des actes et des actes forts et le moratoire éolien terrestre que nous demandons en est le préliminaire incontournable.

    Je suis bien entendu à votre disposition pour échanger sur ces aspects qui concernent le cadre de vie et de travail des habitants de ce secteur de la Montagne Noire audoise et pèseront à n’en pas douter sur les élections à venir.

    Avec mes sincères salutations

    Association Vent mauvais
    Patrice LUCCHINI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *