Irréductibles…

Nous sommes en 2021 et les projets éoliens se multiplient partout dans la montagne… Partout ? Non ! Un petit village d’irréductibles résiste encore et toujours à l’implantation d’une centrale éolienne industrielle conduite sur la commune de Boissezon (6 éoliennes), sur les hauts de la Môle et du Pont-de-Larn. Le Rialet. Le village d’irréductibles résiste à un projet éolien (La Dépêche)

L’association Nostra Montanha s’est constituée en 2015 pour se battre contre deux projets éoliens sur les deux communes voisines.

En août 2021, la préfète du Tarn refusait le projet de centrale éolienne présenté par EDF-Renouvelables sur la commune de Boissezon. Le président de l’association Jacques Biau s’est félicité, lors de l’assemblée générale, de cette décision : “Elle valide ainsi les différents avis qui lui ont été donnés durant la phase d’instruction du dossier qui a duré pas moins de cinq ans.” Des avis négatifs donnés par la DREAL, la DDT, l’UDAP du Tarn pour l’avis paysage, le Conseil départemental, le Parc naturel du Haut Languedoc, le Comité départemental de la randonnée pédestre, la commission d’enquête publique qui a accueilli un grand nombre de dépositions des habitants et enfin la commission départementale Nature, Paysage et Sites.

Rebelote : depuis février 2021, le projet porté par Valorem sur la commune de Boissezon ressurgit … Le samedi 20 novembre, à 10 h 30, à la salle Thirondel à Saint-Baudille (Pont-de-Larn), une réunion de l’association permettait d’informer les riverains des hameaux de Boissezon et de la commune du Pont de Larn de l’avancée d’un projet de 6 éoliennes : “Les adhérents de l’association continuent à se mobiliser notamment contre ce projet voisin, celui de Boissezon, qui impacterait non seulement la montagne mais aussi la plaine mazamétaine et castraise.” 

La trentaine de participants a adopté deux motions, l’une pour la préfète du Tarn et l’autre pour la maire et le conseil municipal de Boissezon. La détermination et l’engagement de toutes et tous doit permettre de repousser le projet de Valorem à Boissezon, comme nous avons réussi à le faire contre le projet d’EDF-EN à Cambounès.

“Face aux nombreuses nuisances prévisibles, aux risques de pollution des eaux du barrage du Pas des Bêtes destinée à la consommation, face à l’opposition grandissante des riverains concernés – de la commune et des communes voisines – il serait opportun que les élus reviennent sur ces autorisations; et que la préfète n’accorde pas son autorisation à un tel projet.

Ce serait la meilleur voie pour que soient écartées les menaces sur la biodiversité, la remise en cause de la qualité et du cadre de vie des habitants. Ce serait une marque de respect pour le patrimoine culturel et paysager du territoire”.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *