Dans la presse : énergies, électricité, vents contraires sur le secteur…

Les décideurs européens l’assuraient : la concurrence ferait baisser les prix du gaz et de l’électricité, au profit des ménages comme des entreprises. Il se produit l’inverse depuis les années 2000. Si la reprise chaotique d’une économie bouleversée par la pandémie explique l’origine de la flambée actuelle, la dérégulation génère une augmentation structurelle des prix encore plus inquiétante. Et des conséquences graves dans le secteur énergétique et éolien. Prix de l’énergie, une folie organisée (Monde Diplomatique)

Alors qu’en Europe, les faillites de fournisseurs d’énergie se sont succédé depuis l’été dernier, la France semblait jusqu’ici épargnée. Mais la flambée des prix de gros commence à faire ses premières victimes dans l’Hexagone. Un fournisseur commercialisant des offres aux particuliers vient d’être placé en redressement judiciaire et deux autres annoncent cesser leurs activités. Gaz et électricité : la crise fait ses premières victimes chez les fournisseurs français (Capital)

Le secteur éolien n’a pas fini de faire tourner les investisseurs financiers en bourriques. Ils ont tendance à y entrer comme dans un moulin, attirés par la croissance des énergies vertes, pour en sortir aussi vite, quand leurs espérances de rentabilité tournent court. La nouvelle dégringolade de Siemens Gamesa(-14 %) – après son troisième avertissement sur résultats en neuf mois – a ainsi entraîné dans son sillage les concurrents cotés (-9 % pour Vestas, -8,1 % pour Nordex), sur fond de perturbation des approvisionnements et d’inflation des coûts. Siemens Gamesa, Siemens Energy, Eolien. Le supplice des pales (Les Échos)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Dans la presse : énergies, électricité, vents contraires sur le secteur…

  1. Patrice LUCCHINI dit :

    Et avec ça, le nucléaire ne sera pas reconnu comme durable et donc éligible aux finacements européens pour les investissements nécessaires, le marché est roi, les carburants seront taxés et l’électricité hors de prix. Une bonne année, décidément… pour une explosion sociale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.