Occitanie : le Sraddet tourne le dos à l’environnement

Le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire (SRADDET)  est un document de planification qui, à l’échelle régionale, précise la stratégie, les objectifs et les règles fixés par la Région dans plusieurs domaines de l’aménagement du territoire, dont la protection et la restauration de la biodiversité. Il intègre le schéma régional de cohérence écologique (SRCE

Réunis le 29 janvier 2022 à Paraza (Aude), trente trois représentants des associations implantées dans 9 départements de la région Occitanie et membres du collectif régional Toutes Nos Énergies – Occtanie Environnement ont adopté la motion ci-jointe.

Ils ont manifesté leur étonnement et leur inquiétude face au silence du Sraddet sur le développement de l’éolien terrestre. Ils jugent inconséquent de sembler ignorer les sérieuses préoccupations que provoquent l’insoutenable implantation d’éoliennes industrielles dans les territoires ruraux, et leur cortège d’impacts sociaux, environnementaux et économiques.

Ils s’inquiètent de cette duplicité puisque la Région se targue de voir augmenter massivement le nombre d’installations éoliennes en Occitanie, et que l’État, de son côté, élabore une cartographie pour de nouvelles implantations, malgré le refus quasi unanime des citoyens, associations et élus, exprimé lors des récentes consultations préfectorales sur le zonage éolien.

En pièces jointes se trouve la motion portée par le collectif régional Toutes Nos Energies-Occitanie Environnement et sa proposition alternative pour le volet Énergie du Sraddet appelée REPÒSTA (Région à Énergie POSitive Territorialement Adaptée), une démarche alternative de transition énergétique.

Vous trouverez une synthèse de présentation de la démarche REPÒSTA et le document complet à laquelle chacune de nos associations a pu apporter sa propre contribution, parce que, par définition, il s’agit d’une démarche collective et dynamique, non d’un scénario technocratique.


Si vous souhaitez participer à l’enquête publique sur le Sraddet, à titre individuel ou à celui de votre association, voici le lien à suivre !

Ce contenu a été publié dans Informations diverses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Occitanie : le Sraddet tourne le dos à l’environnement

  1. Patrice LUCCHINI dit :

    Il faut maintenant se saisir de cette motion et déposer un avis sur le site dédié

    https://www.registre-numerique.fr/sraddet-occitanie-2040/deposer-son-observation

    pour alimenter l’enquête publique.

  2. Laurent dit :

    Soutien total à cette mention, pouvu que celle ci montre l’exemple à d’autres regions malheureusement déjà saturées…

  3. ducret noel dit :

    Tout à fait d’accord avec la motion de TNE
    En fait le SRADDET proposé est à l’image des discours politiques, un affichage général de grands principes, mais sans vérifications techniques, juridiques, financières, et donc sans règles précises comme le soulève l’autorité environnementale.
    Pour illustrer ce manque de rigueur, le SRADDET fait référence au SCRAE qui a été annulé, il dit même qu’il l’intègre, et pou r l’éolien il ne rappelle pas que le schéma régional éolien a lui aussi été annulé. On avait fait n’importe quoi et on recommence.
    C’est dire le manque de rigueur pour un document stratégique ; mais dans ce domaine les services de l’Etat et l’autorité environnementale ne font pas mieux. L’Ae dans son avis sur le SRADDET demande que soit protéger les SRCE et les trames bleues et vertes, et même de les réglementer dans le SRADDET, mais en Lozère ils ont autorisé et laisse s’étudier des projets dans les documents qu’ils ont élaborés.
    Pas cohérent tout çà, mais parfait pour ceux qui veulent faire du pognon, et qui donc ne veulent pas trop de contraintes.
    Et tout ça au nom en fait des conclusions du GIEC, qui pourtant a afficher que l’on ne pourra pas se passer du nucléaire.

  4. Jérôme Riera de Castells dit :

    Ma contribution :
    Ce SRADDET est inacceptable, l’environnement n’est pas l’industrialisation, c’est pourtant dans le sens de cette artificialisation des territoires que va ce document bâclé.
    Très imprécis sur le volet énergies renouvelables entre autres. On y voit la pâte de quelques bureaux pseudo-environnementaux, qui n’ont aucune idée de la vie dans nos territoires ruraux. A l’images des hauts fonctionnaires de la Région. En effet en novembre 2018 Madame la Vice-Présidente de la région Occitanie, Agnès Langevine, en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l’économie circulaire et des déchets. Disait dans un article dans l’Indépendant pays Catalan « Réclamer un moratoire sur l’éolien terrestre est irresponsable » ! C’est elle, qui traite les riverains qui ne veulent pas de ces sites industriels, d’extrême-droite et de pronucléaires. Je ne suis ni l’un ni l’autre, en revanche Madame la Vice-Présidente, je suis, comme vous le dites si bien, un irresponsable.
    En effet, j’aime mon pays, mon département, et ses habitants que je respecte.
    Irresponsable quand je vois le Canigou aux premiers froids, se vêtir de son manteau blanc l’hiver, quand je le vois reverdir à la saison des amours, Irresponsable d’aimer notre printemps, dès que les fruitiers se colorent de milles fleurs, et notre montagne qui se déshabille lentement pour montrer ses forêts majestueuses à toute la plaine.
    Ce spectacle est notre guide, notre repère !
    Plus qu’un paysage, c’est un symbole identitaire !
    Fier d’être irresponsable, je refuse de voir notre montagne emblématique au travers de zones industrielles d’éoliennes.
    Oui, irresponsable d’admirer ce massif montagneux des Albères ces Pyrénées qui se jettent dans la mer, marquant une frontière physique, celle de notre pays, mais symbolisant par ses cols, les échanges et la fraternité des peuples. Cette richesse culturelle de notre département.
    Fier d’être irresponsable, je refuse de les voir au travers de zones industrielles d’éoliennes.
    Piquante et capricieuse, parfois taquine, c’est la tramontane qui tantôt nous berce, et tantôt nous puni. De rafales caresses en rafales cuisantes, elle nous dicte sa volonté toute puissante.
    L’inconstance qui la caractérise donne du fil à retordre aux éoliennes !
    Encore irresponsable de défendre ces collines de vignes entrecoupées de forêt de chênes lièges, ou on aperçoit, derrière les clochers en pierre et brique de nos villages, la mer baignée de lumière, se confondant avec l’azur du ciel d’où le soleil nous réconforte. Là aussi, comme aménagement durable sous prétexte d’urgence climatique, vous allez transformer notre mer en dépotoir pour machines allemandes ou chinoises, à coup de 300 millions d’endettement de la Région pour l’agrandissement de Port La Nouvelle. Il faut permettre la phase test des 3 premières éoliennes et permettre ensuite à la phase commerciale d’être rentable. Mais on sait bien que 700.000 tonnes d’engrais, ou de Soja du Brésil et le doublement d’importations de pétrole sont déjà en ligne de mire…
    Madame la Vice-Présidente, je suis irresponsable parce que moi, je défends notre biodiversité et nos espèces protégées, dont vous-même justifiez le massacre, pour faciliter les bénéfices de multinationales souvent étrangères, qui prospèrent sur le dos de nos taxes. Chiffre d’affaires 2020 des sociétés éoliennes 3,5 Mds € dont 2,3 Mds d€ se subventions sorties de nos poches.
    60% de biodiversité en moins depuis quelques années, et par exemple, A Passa dans les Aspres, avec la complicité des fonctionnaires de la Région, le préfet des P.O. a donné son accord pour la dérogation portant sur la destruction de 199 espèces protégées dans un couloir migratoire reconnu au niveau Européen, contre l’avis de tous les naturalistes…. Quel est l’impératif majeur, sachant que la France exporte de l’électricité décarbonée ? 8000 signatures citoyennes de la pétition contre ce projet inacceptable.
    L’état et l’administration représentent-ils les intérêts de l’état et des citoyens ou les intérêts d’investisseurs qui prospèrent sur le dos des taxes que nous payons ?
    Est-ce la même raison d’être du SRADDET ?
    Il n’existe aucun intérêt public majeur à détruire nos territoires pour les industrialiser encore en faisant disparaitre des espaces naturels, ni fournir une électricité chère et intermittente, dont notre pays peut se passer.
    Madame la Vice-Présidente, je suis irresponsable, parce que moi, j’écoute les habitants qui ne veulent pas de ce monde-là…et en tant qu’irresponsable je vous réclame des choix plus adaptés à nos territoires qui doivent être pris en compte dans le SRADDET.
    Fier de défendre notre terre et nos symboles, contre ce massacre programmé, et fier d’être irresponsable de revendiquer le droit à penser par moi-même, loin de ce lavage de cerveau des industriels qui ont repeint en vert leurs intentions, et qui imposent la loi du green business sans le consentement des riverains.
    Un jour les irresponsables de lèverons pour que demain notre bien collectif, le paysage, soit respecté, pour que la biodiversité soit respectée et épargnée, pour qu’on arrête d’humilier les habitants qui subissent ces horreurs en face de chez eux et qui parfois occasionnent des problèmes de santé.

  5. Marion Marie dit :

    Non à l insoutenable implantation d éoliennes industrielles dans les territoires ruraux au mépris de la préservation de l environnement, biodiversité, espèces protégées…..
    Les services de l état et l administration se doivent de contribuer à la sauvegarde de notre patrimoine naturel.
    J ose croire encore en l intelligence de nos institutions françaises .
    Mon message représente l espoir.

  6. Marion Marie dit :

    Non à l insoutenable implantation d éoliennes industrielles dans les territoires ruraux au mépris de la préservation de l environnement, biodiversité, espèces protégées…..
    Les services de l état et l administration se doivent de contribuer à la sauvegarde de notre patrimoine naturel.
    J ose croire encore en l intelligence de nos institutions françaises .
    Mon message représente l espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *