Deux romans à contre vent…

Deux romans prennent comme toile de fond l’implantation d’éoliennes sur deux communes, l’une en France, l’autre en Belgique. Une illustration bienvenue de l’impact de ces machines industrielles sur de petites communautés rurales.

« Foutues éoliennes » est ainsi sous-titrée « La mort annoncée des villages ». Lorsqu’il se suicide, l’ancien maire d’un village bourguignon laisse ce mot énigmatique : « Tout ça, c’est à cause de leurs foutues éoliennes ! ». il y a d’autres causes bien sûr, mais c’est l’occasion d’une suite de portraits jubilatoires de l’ensemble des acteurs d’un village confronté à l’arrivée d’éoliennes…. Les élus dépassés, le représentant du préfet méprisant, le promoteur opportuniste, les citoyens divisés … même un peu caricaturaux ces personnages incarnent beaucoup de situations dont nos associations locales se font l’écho.

Comme le dit la présentation de l’éditeur : c’est le branle-bas de combat dans cette commune oubliée de la « France périphérique ». L’auteur – Jean-Luc Allouche – expose avec précision les enjeux, les arguments… il l’écrit en 2017, encore l’époque des ZDE (Zone de développement éolien) et il évoque l’implantation d’un mât expérimental, nous dirions plutôt un mât de mesure…
Au bout du compte, après une pétition, une réunion d’information houleuse, et une mobilisation massive, dans le roman, le référendum municipal donne la victoire aux opposants…  

Ce livre n’est pour le moment accessible que sous forme électronique (sur Amazon, donc). Sa sortie prévue en librairie en mars 2020 a été reportée.

Dans « Un été sans dormir », le flamand Bram Dehouck nous entraîne dans une « dégringolade en cascade aux allures de farce noire et absurde ».

Car l’histoire se répète à Windhoek, petit village belge sans histoire…jusqu’au jour où la municipalité fait installer des éoliennes. Le premier qui en souffre, c’est le boucher qui perd le sommeil à cause du flap, flap, flap incessant des pales ! Ces nuits d’insomnies vont lui faire rater sa recette fétiche… et à partir de là, par un effet domino aussi logique qu’absurde, les catastrophes s’enchaînent, les instincts se libèrent, et les vengeances s’exercent…

Pour le pharmacien, les amants cachés, le jeune désœuvré ou la femme du facteur, rien ne sera plus pareil à Windhoek.

Cet ouvrage est publié dans la collection de poche 10-18.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *