165 associations dénoncent l’invasion éolienne et la complicité des pouvoirs publics et régionaux en Nouvelle Aquitaine

Dans toutes les régions françaises, la résistance s’organise contre le développement anarchique des centrales éoliennes industrielles. Les associations de la Nouvelle Aquitaine ciblent le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) voté par leur conseil régional et approuvé le 27 mars 2020 par la préfète de région.

Leur communiqué de presse précise que 1600 éoliennes doivent s’ajouter aux 671 déjà existantes. Pour y faire face, une association de chacun des 11 département attaque le SRADDET devant le Tribunal administratif de Bordeaux, parce qu’il avalise la multiplication par 2,5 de la puissance éolienne terrestre en 10 ans.

Leur combat nous importe : nous suivrons avec intérêt leur conférence de presse Mardi 7 juillet 2020 à 11 heures au Club de la Presse de Bordeaux, 9 rue des Capérans. Nous pourrons la suivre en visioconférence :  https://us02web.zoom.us/j/83478224506 Meeting ID: 834 7822 4506

La démarche des associations aquitaines nous interpelle : elle pose la question de l’existence d’un véritable service public de l’énergie capable d’anticiper les besoins énergétiques du pays, d’associer les citoyens aux choix des modes de production en fonction des ressources et des capacités de chaque territoire.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 165 associations dénoncent l’invasion éolienne et la complicité des pouvoirs publics et régionaux en Nouvelle Aquitaine

  1. Ladsous dit :

    Ils ont d’autant plus de souci à se faire, en Nouvelle Aquitaine, que les opérateurs et leur syndicat FEE ont un œil sur les zones encore vierges de la région, notamment les Landes : ils espèrent que la DGAC et que l’EM de l’Air vont accepter de diminuer leur niveau d’exigence en matière de couverture radars.
    J’ai écrit, au nom de TNE et de Energie Vérité à la DGEC, en insistant sur la nécessité de ne pas abaisser les exigences de la sécurité aérienne. Au nom du principe de précaution : si FEE et SER obtiennent cet abaissement et s’il survient un accident, souvenons-nous en. En justice pénale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *