Quand EDF gaspille une énergie renouvelable à sa disposition…

Un article de France 3 Alsace soulève quelques questions : une importante source d’énergie renouvelable reste inexploitée en Alsace. C’est l’hydroélectricité du Lac Noir. Aucun kilowatt/heure n’a été produit depuis 2002. Une association tente de relancer la production, mais les investissements risquent de se faire attendre…

Le site se situe sur la commune d’Orbey dans le Haut Rhin. L’usine hydroélectrique du  Lac Noir, à 900 mètres d’altitude était la première  « station de transfert d’énergie par pompage/turbinage » (Step) de France. Cette centrale a été construite entre 1928 et 1933 pour compléter celle de Kembs. Lorsque cette dernière produisait trop d’électricité en heures creuses, l’énergie produite servait à refouler l’eau du Lac-Noir vers le Lac-Blanc au moyen de pompes. Et aux heures de forte consommation d’électricité, la station du Lac-Noir apportait au réseau un complément d’énergie précieux. 

Suite à une avarie en 2002, la centrale est l’arrêt jusqu’en 2008 ; la concession est reprise un an plus tard par EDF qui la démonte (en 2014) et s’engage à reconstruire. Mais rien n’est fait. L’électricien décide même d’abandonner la concession. 

La centrarle du Lac Noir avant sa destruction en 2014

Les 80 millions de budget alloués pour les travaux ont été utilisés à d’autres chantiers…la baisse du prix de l’électricité rend les investissements plus hasardeux … la concession à EDF est mise en jeu … l’ouverture à la concurrence européenne… autant d’obstacles à la remise en marche rapide de cette source d’énergie renouvelable…

Quel gâchis, quand on pense que les 55 MW de puissance prévus sont équivalent à celle de 18 éoliennes … et cette énergie n’est pas intermittente, elle est pilotable…

Philippe Ribolzi, président de l’association pour la construction de la centrale du Lac Noir : “On voudrait que la concession, accordée par le préfet en 2009, ne soit pas abandonnée, pour que l’on puisse reconstruire rapidement. Car si on part sur une nouvelle concession, ça signifie sept à dix ans d’attente.”

L’association est convaincue les citoyens volontaires peuvent s’impliquer dans le projet de construction de la nouvelle centrale hydroélectrique au Lac-Noir afin d’éviter une situation de blocage durable.

“Nous avons tout à gagner quant à la construction de ladite centrale car l’hydroélectricité est à la fois le second pilier du mixte électrique français mais aussi la première des énergies renouvelables, décarbonée et compétitive dont dispose la France mais aussi la première des solutions de stockage d’énergie. Ce n’est pas la concurrence qu’il faut continuer de subventionner, c’est l’avenir du bas-carbone qu’il faut préparer !!! “

Ce contenu a été publié dans Informations diverses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *