Quelques échos dans la presse (des bons, des moins bons..)

Tous les jours sur la page “revue de presse” vous trouvez des échos de la presse nationale et régionale. En voici quelques extraits:

Sousceyrac (Lot). À Comiac, c’est la fin du projet éolien (La Dépêche)
Très bonne nouvelle : le projet d’installation d’éoliennes sur le territoire de l’ancienne commune de Comiac ne sera pas réalisé. L’an dernier, la préfecture a rendu un arrêté s’opposant à ce projet. Le délai de recours de deux mois est terminé.

Nailloux (Haute-Garonne)

Près de Nailloux (Haute Garonne). Deux projets d’extension du parc éolien de Calmont, Aignes et Gibel se dessinent. (Actu-Voix du Midi)
Deux entreprises projettent d’implanter de nouvelles éoliennes à Calmont et Aignes. Si la municipalité de Calmont y semble favorable, ce n’est pas le cas d’Aignes et ses habitants.

Projet éolien : Le Cru La Livinière (Hérault) en résistance (Hérault Tribune)
Depuis quelques mois, un vent d’inquiétude et de colère souffle sur le terroir du Cru La Livinière apprenant l’existence d’un projet éolien au cœur de sa zone viticole. Le Cru entend bien défendre son terroir et affirmer son opposition à ce projet.

Éoliennes : les élus de Naucelle (Aveyron) se mobilisent (La Dépêche)
 Quoique peu venté, le Ségala subit depuis quelques années une prospection offensive des promoteurs éoliens pour implanter des usines éoliennes. À Naucelle, les promoteurs éoliens se sont heurtés à une très forte opposition des élus, des acteurs locaux et de la population.

Aude : quand les grands rapaces tempèrent la folie des grandeurs des promoteurs éoliens (L’Indépendant) En moins de 10 jours, un arrêt de la cour administrative d’appel qui renvoie dans les cordes un projet de neuf éoliennes à Fitou, et un arrêté préfectoral rejetant une demande d’autorisation pour un parc de 26 machines en Hautes-Corbières.

La Cour Administrative d’Appel de Marseille refuse à l’entreprise RAZ Energie 5 l’autorisation d’exploiter 4 éoliennes à Puicheric (Aude).
Très bonne nouvelle ! “Ce projet porte atteinte au paysage du canal du Midi en rompant l’ambiance paysagère de la vallée de l’Aude entre le canal et l’Alaric et réciproquement et crée un point d’appel prégnant en concurrence avec les structures paysagères en place sur le territoire, hors d’échelle par rapport aux motifs locaux et aux ambiances rurales à préserver”. 

Ce contenu a été publié dans Dans la presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *