Mercato (billet d’humeur)

Le jeu des chaises musicales se poursuit avec la dernière énergie.

Nous avions eu le député Brottes, misérable auteur de la distance des 500 mètres, remercié et donc devenu président de RTE par la grâce présidentielle, puis le directeur de l’Ademe passé président du syndicat des énergies renouvelables (SER).

Le mercato se confirme avec aujourd’hui la déléguée générale de la FEE (France Énergie Éolienne) passant à RTE avec armes et bagages, elle-même remplacée par le directeur de l’Ademe Ile-de-France, pressé de chausser les pantoufles de ce poste sans doute gratifiant à plus d’un égard. 

Petit monde et entre-soi sans vergogne des vrais dirigeants de la politique sectorielle de l’énergie. Tout de même on s’interroge : à quand un passage d’un haut fonctionnaire de la DGEC chez tel opérateur, en remerciement de ses bons et loyaux services ? 

Le recyclage de ses cadres serait-il la compétence essentielle de l’Ademe ?

Bruno Ladsous ladsousbruno@gmail.com 

Ce contenu a été publié dans Informations diverses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Mercato (billet d’humeur)

  1. Gouze dit :

    Il ne faut pas leur en vouloir Bruno, ce sont des enfants qui n’ont pas grandi et qui ne s’occupent que d’eux-mêmes et de leur sainte carrière. Quand ils seront vieux, il se contemplerons et s’admireront leur nombril avec délectation dans leur monde rétréci. Leur vie n’aura servi qu’à eux seuls.

  2. BERNARD FAUX dit :

    Ou sont les journalistes d’investigation? Ne faudrait-il pas attirer l’ attention des grands médias qui se disent indépendants et attentifs? Il est vrai qu’ils sont tous grassement subventionnés. Taper sur l’épaule de la revue Front Populaire, Le point, Médiapart, le Canard, Elise Lucet et les mettre en concurrence mériterait d’être tenté. L’information ne doit pas rester confinée!

  3. Blin Jean dit :

    Bonne idée Bruno que la DGEC s’y mette : Une mission « Hydrogène » est rattachée au directeur général. Un transfert fonction publique vers du privé s’imposera donc dès que le DG aura mené la mission hydrogène à un terme irréversible. Vers Total peut-être, puisque selon Patrick Pouyanné, PDG de Total, fort occupé au greenwashing de sa grosse boutique pétrolière et gazière, la transition énergétique ne peut se faire sans le gaz qui est complémentaire à l’électricité, dont le stockage pose problème quand ‘hydrogène vert en serait la meilleure résolution, nous dit-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *