Un belle victoire sur le littoral héraultais……

Le PLU de La Grande Motte, approuvé le 23 mars 2017 n’avait pas classé en espace remarquable la plage et la dune, dans les secteurs de « La Motte du Couchant » et « Les plages du Grand Travers ». Ces secteurs avaient été classés en zone 2N permettant les installations liées aux concessions de plages (restaurants, buvettes, location de matériel de plage…).

Or, ces secteurs sont soumis à plusieurs régimes de protection de l’environnement importants :

  • ZNIEFF type 2 « Complexe Paludo-Dunaire des étangs Montpelliérains »
  • ZNIEFF Type 1 « Lido du Grand et du Petit Travers »
  • Site Natura 2000 Directive Oiseau « étang de Mauguio » – zone de protection spéciale 
  • Site Natura 2000 Directive Habitat « étang de Mauguio » – zone spéciale de conservation

Ces secteurs avaient été identifiés comme espace remarquable par le SCOT du pays de l’Or, depuis 2011.

En conséquence, le 30 septembre 2021, le tribunal administratif de Montpellier  a ordonné à M. le Maire de La Grande Motte d’inscrire, dans un délai de trois mois, à l’ordre du jour du Conseil municipal l’abrogation du PLU en tant qu’il a classé en zone 2N les secteurs « La Motte du Couchant » et « Les plages du Grand Travers », et donc de les classer en zone 1N, espace remarquable au sens de la loi Littoral. 

Même si cette victoire ne concerne pas l’éolien, nous habitants du Haut Languedoc qui nous battons depuis des années contre l’invasion désastreuse des éoliennes industrielles dans des espaces naturels jusqu’ici préservés de toute anthropisation massive, nous réjouissons et nous félicitons l’association des riverains et amis du Grand Travers, l’association Grande Motte Environnement, ainsi que le collectif de riverains pour cette belle victoire sur le littoral. 

Trop d’élus et autres décideurs ne raisonnent qu’à court terme, plus soucieux de rentrées fiscales et de réélection par leur clientèle, que de respect du patrimoine commun et des générations futures. Il est encourageant de voir que la justesse de nos luttes est parfois – trop rarement hélas – reconnue par la justice.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *