Montagne Noire : Vent mauvais et des élus toujours remontés contre les projets éoliens

Trois minutes, montre en main ! C’est à un délicat exercice de synthèse que Patrice Lucchini, le président de l’association Vent mauvais, s’est livré dans la soirée du lundi 11 octobre, aux Ilhes. Un exercice accompli en ouverture de la session de la communauté de communes (CdC) de la montagne Noire, grâce à l’accord donné par son président Cyril Delpech.

Voir en PDF l’article de l’Indépendant du 14 octobre

Vent mauvais dénonce la “forte saturation” éolienne, avec 80 machines en fonctionnement, huit autorisées, et 17 à l’instruction. Patrice Lucchini appelle les conseillers communautaires à se repencher sur la charte de développement des parcs éoliens et photovoltaïques au sol adoptée en février 2019 par la Communauté des Communes  qui “ne protège en rien la montagne et le territoire d’un développement anarchique”

Ce document n’est pas opposable aux promoteurs, et il n’impose aucun conditions pour “certains paramètres, comme la hauteur, la puissance, le nombre de machines par parc.” Les sujets hautement sensibles comme la “densification” et le “repowering” (remplacement de machines par des éoliennes plus puissantes,) ne sont “pas suffisamment définis :, il faut les encadrer, ce que ne fait pas la charte pour l’instant.” 

C’est l’occasion d’évoquer l’actualité toujours fournie du dossier éolien dans le secteur, près d’un mois après le refus d’autorisation d’exploiter prononcé par la préfecture contre le projet d’Ostwind et les quatre machines envisagées aux Martys ; mais aussi un mois et demi après l’avis favorable du commissaire enquêteur sur le projet Ramondens et ses six éoliennes à Arfons, dans le Tarn, à deux pas de l’Aude et notamment de la commune de Lacombe.

“Je me prononce contre simplement pour préserver ce que nous ont donné nos aïeux. On a joué le jeu sur l’éolien, il y en a 15 chez nous. Le commissaire enquêteur est à côté de ses pompes. Ce projet, il est à 800 mètres de la prise d’Alzeau : on fait tout ce qu’on peut pour remettre du tourisme, mais les gens vont partir en fuyant avec des parcs comme ça.” 

Benoît Soulié, maire de Lacombe

Ces parcs sont “exclusivement destinés à sortir des finances pour des communes qui sont endettés. Le commissaire enquêteur parle de copinage entre maires, mais on représente tout simplement l’avis des populations de la montagne Noire”

David Albert, maire de Laprade

En attendant que la préfète se prononce, le collectif d’habitants et d’élus de Lacombe et d’Arfons organise avec Vent Mauvais
une réunion publique sur le projet d’Arfons,
vendredi 15 octobre, à 18h, à la salle des fêtes de Lacombe

Ce contenu a été publié dans Dans la presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *