Énergie renouvelable : les maires lancent un avertissement au gouvernement

Alors que d’importants travaux sont en cours pour l’élaboration de la future Stratégie Française pour l’Énergie et le Climat et que le pays est confronté à des difficultés d’approvisionnement en énergie, les maires de France souhaitent vous alerter. 
Ils craignent que ces circonstances particulières, confortées par la volonté partagée d’accélérer la transition écologique, ne conduisent à un abaissement des exigences de l’État vis-à-vis de la qualité des projets de développement des énergies renouvelables

David Lisnard, président de l’Association des Maires de France

Après avoir pris connaissance de la lettre à madame Borne, de David Lisnard, président de l’AMF (Association des Maires de France), le collectif TNE-Occitanie Environnement réagit en soutien à leurs préoccupations.

Monsieur le Président,

Nous avons pris connaissance avec un grand intérêt de votre courrier à Madame Borne en date du  22 juillet. Nous avons particulièrement retenu votre mention du sentiment de défiance et de déclassement des populations rurales à l’égard de projets éoliens implantés contre leur gré, dans l’irrespect des gens et du patrimoine naturel, culturel et paysagers auquel ils sont attachés.

Notre collectif régional réunit plus d’une centaine d’associations implantées en zone rurale dans 10 départements d’Occitanie. Depuis des décennies, certaines de ces associations alertent les autorités sur les conditions du déploiement de l’éolien industriel dans nos territoires. 

Ces dernières années des associations naturalistes (LPO, SFEPM, SOS Busards, etc.) et de défense du patrimoine monumental et paysager (Sites et Monuments) ont à leur tour exprimé leurs inquiétudes face à l’implantation inconsidérée d’éoliennes dans des secteurs à forts enjeux paysagers, patrimoniaux et de biodiversité. 

Aucun impératif supérieur ne saurait justifier que l’État en vienne aujourd’hui à abaisser ses exigences de qualité vis-à-vis des projets d’énergie renouvelable

Collectif Toutes Nos Énergies-Occitanie Environnement

Des parcs naturels régionaux d’Occitanie : Grands Causses, Haut Languedoc, Narbonnaise, sont suréquipés au détriment de leur mission première de protection et de mise en valeur de leur patrimoine naturel et culturel. On en est arrivé au point où des avis autorisés (Autorité environnementale, Conseil national de protection de la nature) recommandent d’éviter désormais les secteurs à forte densité d’éoliennes, en raison des effets cumulatifs de ces implantations sur la biodiversité.

Dans ces conditions, nous partageons votre conviction : aucun impératif supérieur ne saurait justifier que l’État en vienne aujourd’hui à abaisser ses exigences de qualité vis-à-vis des projets d’énergie renouvelable. Nous ne pouvons que nous féliciter de votre intervention à ce sujet auprès de Mme la première ministre et nous vous en sommes infiniment gré.



Dans son allocution de bienvenue, Michel Fournier, le président des maires ruraux de France, a proposé à Élisabeth Borne qui, en tant que Première ministre, doit traditionnellement planter un arbre à Matignon, de choisir une essence très particulière : une éolienne !

Ce contenu a été publié dans Communiqués de TNE-OE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Énergie renouvelable : les maires lancent un avertissement au gouvernement

  1. Meissonnier dit :

    En cette période de sécheresse, il serait intéressant de faire un bilan des incidences négatives générées par l’implantation des éoliennes sur les ressources en eau. Quand des captages, des sources ou des zones humides sont impactées, elles font l’objet de dérogations, d’illusoires compensations ou quand il s’agit de captages par exemple, considérés comme “abandonnés” (Projet éolien Limouzette par exemple) – Problèmes également avec le captage de Champclos (Projet Lou Paou)….

  2. Attia jean-jacques dit :

    Bonjour,
    Peut-être serait-il utile d’informer M. Fournier, Président de l’AMF, du projet de directive de la CE visant à laisser à l’Etat et à ses représentants tous les pouvoirs concernant l’octroi des permis de construction et de rééquipement en matière d’EnRi, sans enquête publique, et sans qu’aucune action en justice ne soit possible ?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *