Accélération des énergies renouvelables : une circulaire scélérate !

Anticipant la loi d’exception annoncée, voici la Circulaire interministérielle du 16/9 adressée à tous les Préfets pour organiser l’état d’urgence gazier et… l’accélaration aveugle des projets EnR en cours.

En attendant la suite … voici le communiqué de presse du collectif TNE Occitanie Environnement

L’État facilitateur (sic) vient de publier une instruction aux DREAL et Préfets résolument injonctive. Cette circulaire du 16/09/22 sous couvert d’urgence leur demande de « mettre en place toutes les actions requises » pour accélérer le traitement des projets d’énergies renouvelables. 

  • Elle vient heurter de plein fouet toutes les démarches antérieures de concertation et les quelques avancées obtenues par les citoyens et leurs associations en réaction au forcing des industriels de l’énergie. 
  • Elle invoque la guerre d’Ukraine comme motif principal des problèmes énergétiques du pays, alors que nul n’ignore qu’ils étaient prévisibles de longue date. 
  • Elle ignore les considérables menaces qui pèsent sur la biodiversité et sur la ressource en eau, principalement liée aux mauvais traitements subis par les sols et les espaces naturels. 
  • Elle donne champ libre aux opérateurs industriels invités à collaborer directement avec les services chargés d’instruire leurs dossiers et de les contrôler, ce qui résonne grave. 
  • Elle dénie aux associations environnementales et aux citoyens leur place dans le débat environnemental et énergétique. 
  • Elle place les fonctionnaires des DREAL en situation de conflit de loyauté entre des engagements pris précédemment sur la concertation et des injonctions autoritaires visant à tout permettre. 
  • Quant aux élus locaux, ils se voient pratiquement contraints d’aligner leurs positions sur celles de l’État qui prétend normaliser les objectifs des schémas régionaux (SRADDET) et imposer des modifications aux Plans locaux d’urbanisme.

Pourtant, il n’y a aucune urgence : la seule urgence porte sur la réduction des gaspillages de l’énergie et sur l’efficacité énergétique. Dès lors, cette collusion entre le ministère et la filière des EnR interroge les citoyens et la représentation nationale. 
A quand une circulaire sur la seule véritable urgence : la mise en oeuvre effective des mesures d’économies d’énergie, bonnes pour les ménages comme pour la collectivité ?

Le collectif Toutes Nos Énergies – Occitanie Environnement mobilise ses associations et prend les contacts nécessaires – en particulier avec les élus locaux opposés au déploiement anarchique de l’éolien industriel – pour faire connaître notre opposition ferme à cette circulaire et à la loi d’accélération qu’elle prépare.

Ce contenu a été publié dans Communiqués de TNE-OE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Accélération des énergies renouvelables : une circulaire scélérate !

  1. Attia jean-jacques dit :

    Bonjour,
    je ne suis pas d’accord avec cette conclusion de la prise de position de TNE :
    “À quand une circulaire sur la seule véritable urgence : la mise en oeuvre effective des mesures d’économies d’énergie, bonnes pour les ménages comme pour la collectivité ?”

    La circulaire préconise ceci en page 3 :
    “-Réduire nos consommation énergétiques dès l’hiver à venir, avec l’objectif d’une baisse de 10% d’ici deux ans..”

    TNE serait-il en accord avec cela, alors que, de toutes façons, les prix de l’électricité et du gaz vont obliger tout le monde, particuliers, artisans et industriels à baisser sa consommation.
    Les citoyens ne sont pas idiots. Alors qu’ils paient de plus en plus pour un accès à l’énergie qui était auparavant garanti à un prix accessible au plus grand nombre, avant “l’ouverture à la concurrence”, ils feront des économies.
    Pas forcément “bonnes” pour leur santé.

    Comme moyen, le gouvernement écrit, à la ligne suivante :
    “- Accélérer le développement des énergies renouvelables, car il s’agit du seul levier permettant d’avoir des capacités supplémentaires de production d’énergie décarbonées dès les prochains hivers. Les énergies renouvelables permettent de réduire notre consommation d’énergies fossiles…”
    (je ne cite pas tout, j’ai la flemme de recopier, le copier-coller ne fonctionne pas).

    Qui ignore aujourd’hui que les Energies renouvelables intermittentes supposent des centrales à charbon et/ou à gaz fonctionnant en parallèle pour suppléer leur intermittence ?
    Donc des émissions de gaz à effet de serre en quantité !
    Ne rien dire sur cet aspect de la circulaire, qui prétend que les EnRi sont décarbonées, ce serait grave.

    A mon sens, la première urgence, c’est de dire les choses telles qu’elles sont.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.