« Lutter contre l’éolien, c’est montrer l’impasse de notre mode de vie »

Nous vous proposons un article paru dans Reporterre du 15 octobre, écrit par Cédric de Queiros.

La Creuse, département symbole du bout du monde – relativement épargné par le développement de l’éolien industriel – est aujourd’hui menacée par plusieurs projets totalisant près de 200 mâts. L’auteur livre ses réflexions qui rejoignent largement les nôtres. En voici quelques extraits : 

« Toutes les campagnes françaises encore à peu près épargnées sont aujourd’hui menacées par cette prolifération de l’éolien ». On peut donner à celle-ci deux significations principales :

  • « Elle illustre le mépris absolu des décideurs pour les populations et les territoires où elles vivent (faune et flore, paysages) ; l’absence totale de délibération démocratique sur cette question à l’échelle locale et régionale ; bref un rapport « colonial de l’intérieur » ou « extractiviste » des métropoles et de leurs élites pour le reste du pays ;
  • Elle se trouve au centre des redoutables questions posées par la crise énergétique-écologique actuelle ».

L’éolien est la pièce principale de la prétendue transition énergétique. Or, même en approfondissant encore le saccage et en doublant la capacité de production des énergies renouvelables « intermittentes » (c’est-à-dire hors hydraulique) d’ici à 2028 par rapport à 2017, comme l’a annoncé le gouvernement, leur contribution à notre consommation énergétique, en augmentation constante, resterait dérisoire.

Donc, la transition énergétique dans son ensemble est une mascarade : il ne peut exister aucune solution technique à un problème qui n’est pas technique mais social et politique

Ce contenu a été publié dans Dans la presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *