Privatisation du port de commerce de Port-la-Nouvelle

Une grande première le port de Port-La-Nouvelle dans l’Aude vient d’être privatisé par l’équipe de Carole Delga.Une société d’économie mixte à opération unique (Semop) public-privé assurera, à partir de mai prochain, l’aménagement, l’exploitation, la gestion et le développement du port de commerce pour une durée de quarante ans. (Voir l’article de l’Indépendant)

Les actionnaires privés y sont majoritaires (51%). Parmi eux, deux grands acteurs belges, Deme Concessions et Euroports Group BV. La Région Occitanie, qui assurera la présidence du conseil d’administration de la Semop, sera présente à hauteur de 34%, et la Banque des Territoires à hauteur de 15%. Parmi les entreprises privées, le groupe héraultais QAIR dont voici l’histoire.

Au prétexte fallacieux du développement de l’’éolien flottant une opération industrielle, inadaptée, disproportionnée et ruineuse (plus de 350 millions d’euros) va modifier profondément un écosystème fragile : celui des étangs et lagunes méditerranéens.

L’ équipe de madame Delga montre son vrai visage, elle est prête à brader l’intérêt d’un territoire et son avenir pour des projets qui tournent le dos à une véritable transition écologique respectueuse des habitants, de la biodiversité, de la qualité des sols et des eaux. Au vu de l’importance d’une telle décision, le débat aurait dû avoir lieu en Assemblée Générale de la région. Tout ceci s’est réglé, en catimini, dans le cadre d’une réunion de la commission permanente du 11 décembre 2020.  Même Carole Delga était absente lors de cette délibération (Courage !)

La région sera minoritaire alors qui le choix d’une maîtrise publique serait nécessaire pour assurer que l’intérêt collectif et écologique préside aux choix stratégiques; Parce qu’au-delà de la dégradation irréversible d’une zones des plus fragiles du littoral languedocien  quelques points inquiétants devraient alerter largement : 

  • Qu’en sera-t-il du trafic d’engrais, 120 kT/an, en particulier du très controversé amnonitrate (responsable des accidents d’AZF et de Beyrouth) ?
  • Pourquoi organiser des importations massives de céréales du continent américain qui vont concurrencer la production régionale ? 
  • Quant au projet « hydrogène » pilier de la résilience énergétique de la région, il se réduit à l’importation et au stockage d’hydrogène en provenance du Maghreb, pays déjà très affectés par la sécheresse et dont nous allons piller les rares ressource hydriques. 

Enfin, la MRAe soulève un certain nombre de question concernant

  • Le suivi du trait de côte qui est un marqueur de l’état de dégradation du littoral,
  • Les modalités de déversement des déchets en mer (clapage),
  • L’augmentation des pollutions chimiques et bactériologiques liée à l’augmentation du trafic…

Les conseillers régionaux sont bien incapables de répondre à ces questions, ils sont incapables de donner la moindre garantie sur les retombées d’un tel projet.

Pour aller plus loin dans la réflexion :

  • Vous trouverez l’explication de vote de Guilhem Serieys, conseiller régional LFI présent lors de la séance qui juge que cette décision est “une aberration démocratique, économique et écologique“.
  • Dans Une lettre ouverte à Carole Delga, la position du collectif Balance Ton Port-La-Nouvelle qui demandait un moratoire sur ce projet pour « pouvoir définir un projet alternatif pour le port, au regard des exigences écologiques, sociales et économiques de notre époque. » 
  • Un communiqué de presse d’EELV Aude pour qui “l’extension du port est un projet écocide et ruineux. Et dans son état actuel, il est en outre vide de tout sens économique
  • La FNE Languedoc Roussillon avait répercuté une information de l’association ECCLA : un avis de l’IFREMER n’avait pas été joint au dossier d’enquête publique. Pourtant, cet avis méritaitd’être connu car il met en doute l’absence d’impact du grand port sur la lagune de Bages-Sigean. 
  • La Confédération Paysanne Occitanie considère que la gestion privée des activités portuaires met en danger l’espace portuaire mais aussi les étangs, très intimement liés au port et donc les activités des petits pêcheurs, la cité même de Port la Nouvelle avec l’entrée des grands pétroliers, la production et les importations d’hydrogène, les dépôts gaziers et pire les importations d’engrais azotés qui ne seront autres que les très explosifs nitrates d’ammonium.
Ce contenu a été publié dans Informations diverses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Privatisation du port de commerce de Port-la-Nouvelle

  1. Blin Jean dit :

    Merci pour cette information sur la délibération en catimini d’une privatisation d’un port avec l’argent public . Les élus PS-EELV de la région Occitanie prennent 34 % de la SEMOP soit 15.859.831€ et vite vite 340.000 tout de suite alors que le consortium privé détiendra 51 % des parts sociales et de votes à la SEMOP : Encore un partenariat public/privé avec bénef. garanti au privé et pertes au public-contribuable (le contrat de 4.000 pages décrit de nombreux cas pour lesquels la région compensera les pertes de l’exploitant privé. Merci aux socialistes de socialiser les pertes du privé avec l’argent des électeurs, SCANDALEUX !
    Qui pourrait faire recours contre l’adoption de cette délibération ?
    Faut bouger pour s’opposer à cette collusion PS-EELV-intérêts privés contre intérêt public.
    Jean.

  2. Blin Jean dit :

    Merci pour cette information sur la délibération en catimini d’une privatisation d’un port avec l’argent public . Les élus PS-EELV de la région Occitanie prennent 34 % de la SEMOP soit 15.859.831€ et vite vite 340.000 tout de suite alors que le consortium privé détiendra 51 % des parts sociales et de votes à la SEMOP : Encore un partenariat public/privé avec bénef. garanti au privé et pertes au public-contribuable (le contrat de 4.000 pages décrit de nombreux cas pour lesquels la région compensera les pertes de l’exploitant privé. Merci aux socialistes de socialiser les pertes du privé avec l’argent des électeurs, SCANDALEUX !
    Qui pourrait faire recours contre l’adoption de cette délibération ?
    Faut bouger pour s’opposer à cette collusion PS-EELV-intérêts privés contre intérêt public.
    Jean.

  3. Blin Jean dit :

    Merci pour cette information sur la délibération en catimini d’une privatisation d’un port avec l’argent public . Les élus PS-EELV de la région Occitanie prennent 34 % de la SEMOP soit 15.859.831€ et vite vite 340.000 tout de suite alors que le consortium privé détiendra 51 % des parts sociales et de votes à la SEMOP : Encore un partenariat public/privé avec bénef. garanti au privé et pertes au public-contribuable (le contrat de 4.000 pages décrit de nombreux cas pour lesquels la région compensera les pertes de l’exploitant privé. Merci aux socialistes de socialiser les pertes du privé avec l’argent des électeurs, SCANDALEUX !
    Qui pourrait faire recours contre l’adoption de cette délibération ?
    Faut bouger pour s’opposer à cette collusion PS-EELV-intérêts privés contre intérêt public.
    Jean.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *